Repéré à 18 ans, le jeune défenseur caennais a vécu son premier match en Ligue 1 contre le Paris Saint-Germain. Histoire d’une histoire hors du commun.

Samedi après-midi, Younn Zahary (20 ans) a effectué ses grands débuts en Ligue 1 face au Paris Saint-Germain. Une belle surprise pour le jeune Nantais arrivé au SM Caen sur la pointe des pieds à l’été 2016. « Personne ne l’attendait à ce niveau, confie Baptiste Lafleuriel, son entraîneur en U19 à l’USJA Carquefou. C’était un bon joueur régional quand il est arrivé de U17. Il était brut mais je sentais du potentiel quand je le voyais à l’entraînement. »Car le natif de la Cité des Ducs a débuté le football assez tard en club.

« J’ai pris ma première licence à onze ans à La Saint-Pierre de Nantes car avant je jouais avec mes amis dans mon quartier ou à l’école, explique-t-il. Puis je suis parti à Carquefou où j’ai évolué pendant quatre ans. » Jusqu’à ce que son entraîneur le propose à Frank Dechaume, alors à la tête des U19 du SM Caen. « Au printemps 2016, il survolait vraiment la compétition, se rappelle le technicien carquefolien. C’est là que j’ai pris mon téléphone pour contacter des clubs professionnels. A Angers, ça n’a pas été satisfaisant. Puis après son essai à Caen, Frank Dechaume m’a appelé pour me dire que je ne le reverrais pas ! »

« J’ai toujours soif d’apprendre ! »

Younn Zahary est donc parti pour Normandie alors qu’il n’avait pas encore 18 ans. « Quand je suis arrivé, ça n’a pas été simple de m’adapter, se souvient le jeune défenseur central. Je ne jouais pas beaucoup mais j’ai continué de travailler. J’ai toujours eu soif d’apprendre. C’est là que je me dis que le travail paye. »

C’est aussi l’avis de Frank Dechaume. « Younn avait des qualités athlétiques, un potentiel intéressant mais il n’avait pas les acquis techniques et tactiques d’un joueur de son âge, précise l’actuel entraîneur de La Maladrerie (R1 Normandie). Les premières semaines, je ne le faisais d’ailleurs que peu jouer pour lui montrer le chemin qu’il restait à parcourir. »

Utilisé avec parcimonie la saison dernière avec la réserve caennaise en National 3 (treize matchs), Younn Zahary s’est tout de même vu proposer un contrat professionnel… qu’il a paraphé le 14 février dernier. Et malgré un penalty concédé face au Paris Saint-Germain, son baptême du feu a plutôt été réussi. « J’ai utilisé mon stress positivement en me disant que je devais jouer comme je sais le faire, souligne le jeune joueur. Sur la main, je fais une erreur. C’était un mauvais réflexe. Je suis passé rapidement à autre chose. »


PARTAGER