Marillat
Yan Marillat est titualire dans les buts biterrois cette saison. (© Philippe Le Brech).

Victorieux de ses quatre premiers matchs de championnat, l’AS Béziers est en tête du groupe D de N2. Entretien avec Yan Marillat, le portier biterrois.

Yan, votre début de saison est idéal avec quatre succès lors des quatre premières journées.

« Au niveau comptable, il l’est. C’est bien d’enchaîner les victoires et les points. Après, cela peut être également dangereux, dans l’hypothèse où l’on se verrait trop beau. Nous savons qu’une saison est très longue, il reste encore énormément de matches. Alors oui, c’est bien. Mais il faut rester concentré et très humble. »

Comment trouvez-vous le groupe cette saison ?

« Il y a une belle osmose, une vraie bonne ambiance. C’est toujours plus facile de bien s’entendre quand on gagne, mais on voit vraiment qu’il y a quelque chose dans cette équipe. Sans dénigrer les autres joueurs qui étaient avec nous, je pense que cela fait des années que nous n’avons pas eu un effectif comme celui-là, en termes de cohésion et de collectif. Forcément, cela se voit sur le terrain. Même en difficulté, nous ne lâchons pas. Nous nous créons des occasions. »

Comme c’était le cas face à Romorantin ?

« Aujourd’hui (samedi), alors que nous étions moins bien, le groupe a su trouver les ressources pour faire la différence. Il ne faut pas parler trop vite, mais ce sont de petits signes qui prouvent que l’on peut faire de belles choses. On ne va pas parler de montée ou de quoi que ce soit, il est beaucoup trop tôt, mais nous voyons que nous sommes capables de réussir ensemble. »

Comment voyez-vous la suite ?

« Il va falloir bien se reposer et récupérer, d’autant que nous avons joué un quart d’heure à dix après les trois matches de la semaine. Nous allons miser sur la récupération pour être frais et ambitieux à Bergerac. »

Un mot également sur votre situation personnelle. Après votre grave blessure du printemps 2019, vous semblez très en forme.

« Je me sens bien. J’ai fait le choix de rester au club cet été, après avoir beaucoup discuté avec le coach, le président et le staff. On dit souvent qu’il faut une dizaine de matches pour retrouver les sensations après les croisés. Je me sens de mieux en mieux, les sensations sont bonnes. Il faut continuer à travailler, Magno (Novaes) s’implique énormément à nos côtés. Nous nous entraînons comme des professionnels, je suis convaincu que cela y fait. Avec Hugo, Rémi et Magno, nous formons un petit noyau qui s’entend super bien et qui prend beaucoup de plaisir à travailler ensemble. En espérant que cela continue ! »

PARTAGER