wilson Isidor (Bastia Borgo)
Wilson Isidor veut profiter de son prêt à Bastia/Borgo pour se montrer. (Photo Philippe Le Brech)

A 20 ans, Wilson Isidor est le fer de lance de l’attaque de Bastia-Borgo. Prêté par Monaco, il veut confirmer après deux saisons minées par les blessures.

Contre le Stade Briochin, on ne l’avait pas vu ou presque lors de la première mi-temps. « Ma première mi-temps n’était pas bonne » avouait avec franchise Wilson Isidor, l’attaquant de Bastia-Borgo. Mais dès l’entame de la seconde période, il servait un caviar à son compère d’attaque Geoffrey Durbant qui tirait à côté, de façon inexplicable (51′).  » Ce n’est pas grave. On est en train de mettre des choses en place. Je ne les connais pas encore tous forcément. Ca va venir «  soutenait l’international français U20.

Un but tout en puissance

Prêté depuis le 26 août par l’AS Monaco, il disputait contre les Griffons son cinquième match avec ses nouveaux coéquipiers. Dix minutes plus tard, tout en puissance, l’ancien joueur du Rheu (Ille-et-Vilaine) accélérait et décochait un missile qui se logeait dans les filets de Maxime Pattier (65′). « Je reçois le ballon d’Alexis Giacomini. Je me retourne et ma première intention, c’est d’aller vers le but. Je me retrouve en un contre un avec le défenseur, j’essaie de faire un crochet et de tirer directement. J’aurais préféré marquer le but de la victoire » décrivait-il. Le Stade Briochin ne pouvait que constater les dégâts.

Deux buts en cinq matchs

Kévin Simon, le défenseur central de Saint-Brieuc confirmait la puissance et les qualités de l’attaquant de 20 ans. « Physiquement, je retrouve du rythme. Si je peux amener l’équipe avec moi, c’est encore mieux. L’entraîneur bastiais Jean-André Ottaviani louait ses qualités. «  Il est capable de faire ça. C’est un garçon pétri de qualités. En deuxième, Wilson a relâché ses courses. »

Après un prêt mitigé à Laval, le talent (deux buts en cinq matchs) souhaite faire une saison pleine. « Ca fait deux ans que j’enchaîne les blessures à Monaco et à Laval. » Sous contrat jusqu’en 2023, le joueur prêté se sait attendu. « C’est à moi de répondre sur le terrain. Je veux marquer et faire des passes décisives. Si le club finit dans la première partie de tableau, ce serait cool. » Si tel était le cas, sa carrière pourrait enfin décoller à l’image de son ami Sofiane Diop. Parfois, le bonheur est dans le prêt.

PARTAGER