Corentin et Nathan de la com à Cassel
Corentin et Nathan, les deux as de de la communication de l'US Pays de Cassel. (Photo DR)

Une organisation hors norme a dû se mettre en place pour l’US Pays de Cassel (Régional 1) et notamment sur toute la partie communication et réseaux sociaux.

Issu de la fusion en 2018 entre les clubs d’Hardifort, de Noordpenne – Zuytpeene, de Bavinchove – Cassel et d’Arneke, l’US Pays de Cassel n’avait jamais vécu pareille épopée dans sa jeune histoire mis à part face au Touquet (6e tour) il y a quatre ans. Pensionnaires de Régional 1, les Casselois sont passés par toutes les émotions avant de composter leur ticket pour les seizièmes de finale face à Wasquehal samedi dernier.

« Incroyable de pouvoir affronter le Paris Saint-Germain ! »

Et forcément, à Hazebrouck, le PSG était dans toutes les têtes après le dernier tir au but inscrit par Kévin Rudent. « C’est du sport mais c’est tout simplement incroyable de pouvoir affronter le Paris Saint-Germain » s’amuse Nathan Dulongcourty, bénévole au club en charge notamment d’alimenter le site web.

Alors que le club nordiste nage en plein rêve, le quotidien des joueurs, dirigeants, bénévoles risque d’être encore chamboulé pendant quelques jours. « On avait déjà eu pas mal de boulot avec le 7ème et le 8ème tour, précise celui qui joue en équipe réserve. Il y a aussi eu toutes les péripéties liées au seizième de finale. On était qualifié d’office puis il a fallu aller chercher notre qualification aux tirs au but. Et ensuite jouer le PSG une semaine plus tard. Il a fallu s’adapter rapidement. Depuis samedi, c’est exceptionnel ce qui nous arrive. On n’arrête pas et nous sommes tous à la tâche. »

Une communication décuplée pour l’US Pays de Cassel

Via les réseaux sociaux alimentés par Corentin Leroy, l’engouement est tout simplement incroyable pour ce club qui compte 300 licenciés et une trentaine de bénévoles. « On reçoit énormément de messages sur les réseaux sociaux, que ce soit côté flamand, nordiste, parisien ou même du Sud. On nous supporte, ça fait extrêmement plaisir. » A quelques jours de voir Bollaert vibrer, la fréquentation du site a elle explosé. « On compte actuellement 6 000 visites par jour alors qu’en temps normal, on tourne à 100, 150 quotidiennement. On ressent vraiment l’effet Coupe de France (sourires). »

Et depuis l’ouverture de la billetterie sur le site du RC Lens mardi matin, il se dit « qu’on n’a jamais vu ça à Lens ». La sympathie a dépassé les frontières et tout le monde s’impatiente désormais. Les bénévoles, qui s’affairent à mettre leurs joueurs dans les meilleures conditions, espèrent notamment pouvoir « faire une belle fête » comme la tradition le veut en Flandre.

>>> A lire aussi : Fabrice et Carole Paccou, couple de bénévoles de Pays de Cassel

SHARE