Un match en retard le 29 juin, une commission de discipline qui démissionne ou encore un président de District désavoué… Tout ce qu’on ne veut plus voir !

La saison 2018-2019 se termine officiellement ce dimanche 30 juin. Et les faits qui se sont déroulés ces derniers jours sont symptomatiques des maux actuels du football amateur entre des procédures à rallonge, une commission de discipline qui se rebelle ou encore un président de District désavoué par ses clubs.

Un match à rejouer le… 29 juin !

La Ligue d’Occitanie est vraiment extraordinaire ! Sa commission des compétitions a décidé de faire rejouer un match de Régional 2 ce samedi 29 juin… soit plus d’un mois après la fin des championnats. Initialement arrêtée après des faits d’indiscipline, la rencontre entre le SC Perpignan Nord et l’US Béziers s’est donc jouée ce samedi avec la victoire du club des Pyrénées-Orientales (4-2) qui monte en Régional 1 alors que son adversaire bitterois est relégué… en attendant un possible repêchage.

La commission de discipline de l’Indre démissionne

Le vendredi 28 juin, tous les membres de la commission de discipline du District de l’Indre a décidé de démissionner. La cause ? La commission d’appel de la Ligue du Centre Val de Loire est en effet blanchi les Mots Z Arts, club du quartier Saint-Jean de Châteauroux. Une décision surprenante alors que ce club avait choisi de retirer son équipe senior (Départemental 3) à la suite d’incidents où un arbitre avait été menacé. La décision de la Ligue vient d’un vice de forme dans la procédure… mais était-ce nécessaire ?

Le président du Grand-Vaucluse désavoué par ses clubs

Après le président de la Ligue du Centre Val de Loire, qui avait été poussé vers la sortie par ses clubs début novembre 2018, c’est un président de District qui a fait les frais du mécontentement de ses clubs ce vendredi 28 juin. Mis en place après la suspension de trois ans de Marc Martinet par la Ligue de Méditerranée en février dernier, Michel Aubert a été désavoué lors de l’assemblée générale de l’instance départementale. Sur les 85 clubs présents, 71% ont voté contre sa réélection. Du coup, ce District n’a plus de président et le comité directeur va devoir nommé un nouveau président sous peine d’être mis sous tutelle de la Ligue de Méditerranée.

Des procédures qui vont durer dans le temps

Entre les rétrogradations de Ligue 2 en National et de National 2 en National 3, pas moins de huit clubs vont passer en commission d’appel à la DNCG cette première semaine de juillet. Mais comme les groupes de championnats nationaux vont être dévoilé d’ici quinze jours, il faut s’attendre à des procédures à rallonge entre tous les recours possibles.


PARTAGER