Noel Le Graet
Noël Le Graët ce vendredi lors de l'assemblée fédérale. (Capture d'écran diffusion FFF)
Bannière stages Louza

Avec des questions qui restent toujours en suspens, l’assemblée fédérale n’a rien apporté du tout. Déprimant.

Une heure et demi montre en main. C’est le temps que l’assemblée fédérale a duré cet après-midi. Une assemblée fédérale sans saveur où il ne s’est pas passé grande chose. Surtout aucune information n’a été donnée sur les championnats nationaux, où plusieurs clubs de National 1, D1 Féminine et D1 Futsal attendent avec impatience de savoir à quelle sauce ils vont être mangés. Si ce n’est pas l’assemblée fédérale qui gère ces dossiers, des informations du comité exécutif qui s’est déroulé le matin auraient pu être donnée.

Mais selon plusieurs sources, aucune décision n’a été prise. « On se fout vraiment de notre gueule, nous a confié un président de club de National. Comment les clubs de ces championnats qui ne savent pas officiellement ce qu’ils feront la saison prochaine peuvent-ils recruter ? C’est un manque de respect complet de la part de la Fédération. » Un petit mot pour ces clubs dans l’attente n’aurait pas été de trop…

La masse salariale presque égale à l’aide aux clubs amateurs

Le seul qui a surnagé durant cette assemblée fédérale est sans aucun doute Philippe Diallo. Le nouveau trésorier de la FFF a été clair et concis lors de la présentation du budget prévisionnel qui sera en baisse de trente millions d’euros par rapport à la saison dernière. Mais ce budget a tout de même fait réagir durant notre Live commenté. « C’est une blague la masse salariale de la Fédé par rapport aux aides pour les clubs » a interrogé un président de club de National 3, visiblement très surpris du montant de 41,6 millions d’euros… alors que l’aide aux clubs amateurs est de 51,2 millions d’euros.

On passera rapidement sur la prestation de Jean Lapeyre, le directeur juridique, et sa présentation des modifications réglementaires. Sans intérêt. Et arrivons sur le passage de la Ligue à1 à 18 clubs à l’horizon 2023-2024. Une date qui arrange finalement bien la FFF. « Nous aurons tout le temps pour étudier les conséquences que ça aura sur les compétions nationales » a d’ailleurs déclaré Noël Le Graët. Ça laisse en effet le temps à la direction des compétitions nationales de préparer une réforme complète des championnats nationaux à cette échéance. Une réforme qui devra néanmoins être votée en assemblée fédérale avant la fin de la saison prochaine.

L’inspection du travail saisie par le CSE !

Enfin, le fameux plan social mis en place à la FFF – avec le départ de 26 salariés – n’a pas non plus été évoqué plus en détail. Selon nos informations, ça ne se passerait pas forcément très bien car le comité social et économique (CSE) de la FFF a saisi l’inspection du travail. Un nouveau départ majeur est d’ailleurs acté, celui de Vérane Stéfani qui était la directrice – très appréciée – de l’Institut de Formation du Football (IFF). Ce qui n’est forcément un très bon signe.

En conclusion, cette assemblée fédérale n’a pas servi à grand chose, à part valider un budget prévisionnel en large baisse mais bien vendu par Philippe Diallo ou quelques modifications règlementaires sans trop d’intérêt. ce qui n’a pas empêché les délégués de tout voter largement. La révolte des représentants des Ligues et District ne semble pas trop d’actualité. Enfin pour le moment…

FootAmateur lance son mensuel à partir de septembre ! Venez découvrir nos offres d’abonnement…

SHARE