Noah Françoise
Noah Françoise, le capitaine de la réserve du Stade Rennais, dont le père a agressé le directeur du centre de formation. (Photo Philippe Le Brech)

Educateur et arbitre agressés, bagarre générale… Rien ne change sur les terrains avec de nombreux actes de violence.

Samedi soir, des incidents se sont déroulés à l’issue du match au sommet du groupe A de Régional 2 Nouvelle-Aquitaine entre le RC Parthenay Vienne et l’Etoile Maritime FC (1-0). Si le match s’est plutôt bien déroulé, ça a dégénéré après le coup de sifflet final. Comme le rapporte Le Courrier de l’Ouest, une cinquantaine d’individus (le terme spectateur est proscris dans ce cas) ont commencé à s’échauffer dans les tribunes. Certains ont même tenter de pénétrer dans les vestiaires. Il a fallu l’intervention de la police municipale et de la gendarmerie pour mettre fin à la bagarre.

« Ce ne sont pas des supporters, ce sont des voyous, a fustigé Jean-Claude Richard, le président du Racing Club Parthenay Viennay, auprès du quotidien régional​. Ces individus n’ont rien à voir avec le football, ni avec le club de La Rochelle. Ils sont venus avec des barres métalliques. J’en ai retrouvé une. Ils voulaient en découdre. » Au match aller, des individus étaient déjà entrés dans les vestiaires pour mettre la pression aux arbitres.

Le père d’un pro du Stade Rennais agresse un éducateur

« Nous prendrons des sanctions contre nos licenciés ayant participé à la bagarre, une commission de discipline est prévue dès ce lundi 25 avril, a assuré Agnès Vienne, présidente de l’Étoile Maritime Football Club. Les autres, nous ne les connaissons pas. Il ne s’agit pas de supporters. Ils salissent l’image du club. » En tout cas, ça donne surtout une très mauvaise image du football !

Samedi, c’est le directeur du centre de formation du Stade Rennais qui a été agressé à l’issue de la rencontre entre son équipe réserve et celle du Stade Brestois (2-3). C’est le père du capitaine Noah Françoise (18 ans) qui s’en est pris à Denis Arnaud. Il reprocherait au club que son fils ne soit pas plus souvent avec le groupe professionnel. Le Stade rennais a condamné cette agression et il est fort probable que des sanctions soient prises.

Un joueur de 42 ans agresse un arbitre

Dimanche matin, c’est lors d’un match de District “anciens” entre Asomba et le Maccabi Créteil dans le Val-de-Marne qu’un arbitre a été agressé. Après son exclusion, pour un deuxième avertissement, un joueur local s’en est pris à l’officiel. « Violence envers l’arbitre durant le match. Match arrêté. Intervention de la police et des pompiers » est-il noté sur la feuille de match.

Âgé de 42 ans, l’agresseur n’était, selon nos informations, pas connu pour des actes de violence sur les terrains. Notre partenaire Arbitrez-vous indique qu’il aurait mis un coup de tête à l’arbitre. On n’est pas certain de le revoir sur un terrain de sitôt. Il risque en effet plusieurs années de suspension selon le barème disciplinaire.

Des actes de violences contre les arbitres en U18

En Normandie c’est le match de Régional 1 U18 entre l’USM Avranches et le FC Evreux 27 qui a été arrêté à la 78e minute. « Le match a été arrêté à la suite de l’exclusion du n°10 qui a au moment de son exclusion frappe la main de l’arbitre central avec son pied, la sécurité des officiels n’étant plus assuré, le match a été stoppé, des insultes sont ensuite proférées par les joueurs du FC Évreux » est-il indiqué sur la feuille de match.

Mais les joueurs d’Evreux ne se sont pas arrêtés là car un arbitre assistant et l’arbitre central ont de nouveau été bousculés et insultés : « Bande de petite pute » ou encore « bande de baltringues ». La sécurité d’Avranches a dû évacuer les arbitres. Il est fort possible que ces deux joueurs soient lourdement sanctionnés… enfin il faut l’espérer !

SHARE