Le complexe sportif de l'Etivalière est voisin du stade Geofroy-Guichard.
Le complexe sportif de l'Etivalière est voisin du stade Geofroy-Guichard. (Capture d'écran Google)

Un policier a été frappé par des adversaires ce samedi après-midi à l’issue d’un match de Critérium loisirs à Saint-Etienne. Des faits plutôt inquiétants.

C’était un match de championnat de Foot Loisir Critérium Promotion de la Loire. Un match comme tant d’autres le samedi après-midi. Sauf que ce qu’il s’est passé hier au complexe sportif de l’Etivallière, à quelques dizaines de mètres du stade Geoffroy-Guichard, est d’une extrême gravité.

A l’issue de la rencontre entre l’ASPTT Saint-Etienne et l’AB Football Terrenoire, un joueur a été bousculé puis frappé par plusieurs adversaire. Ce joueur de 30 ans, un policier de la Brigade anti-criminalité (Bac) de Saint-Etienne qui était repos, aurait tout d’abord été mis au sol avant d’être molesté et frappé à coup de barre de fer. Transporté à l’hôpital, la victime souffre de multiples fractures, au nez et à l’arcade sourcilière, ainsi que d’un enfoncement de l’orbite d’un œil. Il s’est vu accorder une incapacité temporaire de travail (ITT) de 21 jours.

Frappé parce qu’il était policier ?

Les agresseurs l’ont-ils frappé parce qu’il était policier ? Selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), « sa qualité de policier n’était pas en cause ». Un avis qui n’est pas partagé par Pierre Cognard, secrétaire départemental du syndicat de Police Alliance, qui estime que « les agresseurs l’ont reconnu et l’ont bien identifié comme étant un policier de la Bac de Saint-Etienne ».

Le District de la Loire va devoir se saisir du dossier disciplinaire, avec certainement de lourdes sanctions à prévoir contre le club de Terrenoire et les agresseurs. Mais c’est le volet judiciaire qui devrait être le plus important. En tout cas, ce qui est inquiétant, c’est que le football devienne un exutoire pour la haine d’une profession.

PARTAGER