Le constat est simple depuis plusieurs années. Le turnover des arbitres est toujours plus important chaque saison. Inquiétant !

Plus grand District de France en termes de licenciés, la Loire-Atlantique a vu 27 jeunes arbitres sur 77 jeter l’éponge. Pierre* est tout juste majeur et il fait partie de ces jeunes qui ont passé leur diplôme d’arbitre la saison dernière. Mais au bout de quelques semaines, il a décidé de ranger définitivement le sifflet.

« Lors de ses premiers matchs, où il était le seul officiel, des arbitres assistants ont essayé d’influencer ses décisions, explique le référent arbitrage de son club. Il a abandonné pour ça. Il pensait se faire plaisir et ce n’était pas le cas. Si ça devient un chemin de souffrance, il vaut mieux ne pas continuer ! »

« Mieux accompagner les jeunes arbitres ! »

Les chiffres sont tout de même inquiétant : 30% des arbitres arrêtent au bout de la première année, 50% avant la troisième ! « On est conscient de ce décrochage, concède Damien Groiselle, le responsable de la section Paris Îl-de-France de l’Union National des Arbitre Français (UNAF). Il faut voir quelles sont les actions à mettre en oeuvre pour mieux accompagner les jeunes arbitres. »

L’accompagnement est donc globalement insuffisant. « Les jeunes qui arrivent sur les terrains, il ne faut pas les laisser seuls » confirme Bruno Derrien, ex-arbitre international. Alors comment fidéliser ces jeunes arbitres ? « Dans mon District, le Val de Marne, nous avons mis en place un système de parrainage où chaque arbitre de Départemental 1 a deux filleuls qu’ils vont voir plusieurs fois dans l’année » précise Damien Groiselle.

Faire attention aux désignations !

Il faut aussi que les instances fassent attention aux désignations pour éviter que des jeunes arbitres retournent sur des terrains où ils ont eu des problèmes. « Ce n’est pas simple lorsque tu te fais insulter par des spectateurs puis que des gens énervés viennent à ta rencontre à l’issue de celle-ci, confie un arbitre qui entame sa deuxième saison au sifflet. Quand tu fais un rapport sur les faits et que tu recroises le même club plus tard dans la saison, tu as toujours un peu d’appréhension. »

Alors que le nombre de licenciés est en constante augmentation, notamment grâce au boom du football féminin, il est indispensable de trouver une parade à la baisse du nombre d’arbitres. Et surtout éviter que la moitié des jeunes arrêtent au bout de trois ans.

PARTAGER