Antonio Teixeira
Antonio Teixeira estime que ces emprunts font partie de la gestion courante de la Ligue. (Photo LFCVL)

Lors de son dernier comité de direction, la Ligue Centre Val de Loire a validé un emprunt de 450 000 euros. Ce qui peut poser quelques questions.

Déjà en difficulté financière depuis quelques années, ce qui avait eu pour effet la démission du président Jacky Fortepaule en novembre 2018, la Ligue du centre Val de Loire vient de souscrire un emprunt de 250 000 euros ainsi que le renouvellement d’un billet d’ordre de 200 000 euros. Des décisions qui ont été prise le 4 mai dernier lors du comité de direction de l’instance régionale, comme il est indiqué dans le procès-verbal en ligne sur son site.

La première question est de savoir si « le Président et ses représentants », comme il est indiqué dans le PV, sont autorisés à souscrire de telles sommes. Il s’avère que non… ou plutôt pas tout à fait. Aucune mention n’est faite dans les statuts ou encore dans le règlement intérieur de l’instance régionale. Dans l’article 12.4 des statuts de la Ligue du Centre Val de Loire, il est d’ailleurs indiqué que « L’Assemblée Générale est compétente pour décider des emprunts excédant la gestion courante ». Ce qui est le cas pour des prêts, surtout de tels montants.

Un cas de gestion courante ?

« Le billet à ordre de 200 000 euros, c’est le renouvellement de celui que nous avions souscrit en 2019, ensuite on l’utilise ou non, explique Antonio Teixeira, le président de la Ligue. Concernant l’emprunt de 250 000 euros, il a été réalisé dans le cadre du prêt garanti par l’Etat (PGE) avec la Banque publique d’investissement (BPI) comme peuvent le faire les entreprises. C’est pour supporter le manque au trésorerie de la Ligue. C’est dans le cadre de la situation exceptionnelle par rapport à la baisse de l’acompte licence. »

Dans le règlement intérieur de la Ligue Centre Val de Loire, l’article 4 (Attributions du Président) indique que « Le Président, le Vice-président Délégué, le Secrétaire Général et le Trésorier assurent le fonctionnement de la Ligue ; ils rendent compte de leurs opérations ou décisions aux réunions du Comité de Direction ». Mais dans l’article 8 (Domaine financier), il n’est rien précisé concernant les emprunts, seulement « Les ordres d’achat, de vente, les dépôts et retraits de titres ».

Il reste donc à savoir si cet emprunt souscrit auprès du Crédit Agricole Centre Loire entre dans la gestion courante, c’est à dire sans l’obligation de vote de l’assemblée générale. « Le commissaire aux compte nous l’a confirmé car c’est un prêt à court terme » souligne Antonio Teixeira. Ce qui rassurera ses clubs.

PARTAGER