Lors d’un match de D2 U18 dans l’Allier, un club mécontent de l’arbitre a appelé la Police pour le faire souffler dans l’éthylotest. Hallucinant !

Samedi dernier, la Police est intervenue au stade Edouard-Waggi de Cusset pour pratiquer un contrôle d’alcoolémie sur… un arbitre ! Le club local a en effet prévenu les forces de l’ordre à l’issue de la rencontre de Départemental 2 U18 face au groupement du Haut-Cher (3-3). « Nous avons constaté une forte odeur d’alcool émanant de l’arbitre centrale. Il a échappé son sifflet à 4 ou 5 reprises. Merci de bien vouloir faire le nécessaire auprès de celui-ci » est-il inscrit sur la feuille de match dans les observations d’après-match.

« C’est le référent arbitre du club de Cusset qui a appelé la Police alors qu’il n’était même pas au stade initialement, explique Julien Alligier, le président de l’UNAF de l’Allier. C’est aberrant puisqu’il est arbitre lui-même. Mais je ne vais pas m’étendre sur le sujet car la commission de discipline doit travailler dans la sérénité. Par contre, je sais que le test d’alcoolémie s’est avéré négatif. » Âgé de 21 ans, l’arbitre de la rencontre débute sa troisième saison, « mais il n’a pas beaucoup d’expérience avec les deux dernières saisons perturbées par la Covid ».

Plusieurs appels à la Police pendant le match !

Le référent arbitre du SCA Cusset nous donne sa version. « Je n’étais pas au match mais le coach m’a appelé de nombreuses fois et laissé plusierus messages, explique-t-il. Je suis arrivé au stade et j’ai appelé la Police. Mais on m’a dit que trois ou quatre personnes l’avaient déjà fait avant moi et qu’un équipage était averti. » S’il avoue « ne pas avoir fait ça pour plomber le collègue mais pour le protéger s’il devait reprendre la route », le Cussétois est convoqué en commission de discipline mercredi prochain afin d’être auditionné.

« Ça retombe sur moi alors que je n’étais pas la première personne à appeler la Police » se défend-il. Sa suspension a titre conservatoire va l’empêcher d’arbitrer ce week-end en Régional 3, match où il était observé. Si d’après le barème disciplinaire, la commission de discipline pourrait le suspendre pour « propos blessant », c’est surtout la commission régionale d’arbitrage de la Ligue Auvergne Rhône-Alpes qui pourrait être plus sévère. Et des plaintes seront aussi déposée aujourd’hui – sûrement pour « propos diffamatoires » – contre le référent arbitre et le club de Cusset. Affaires à suivre…

SHARE