Des parents demandent encore le remboursement partiel des licences. (Image Adobe Stock)

L’expérimentation menée par la FFF et la Ligue du Centre Val de Loire commence à porter ses fruits avec un premier cas détecté par le croisement des fichiers.

Alors que les agressions sexuelles dans le sport est un sujet brûlant de l’actualité, avec notamment le patinage artistique, la Ligue du Centre Val de Loire continue son expérimentation débutée en octobre dernier en collaboration avec la Fédération Française de Football et le Ministère des sports. Et les premiers résultats sont probants avec la détection d’un dirigeant bénévole qui a été condamné par la justice pour des agressions sexuelles sur mineurs.

« Nous sommes en train de vérifier les dirigeants responsables des clubs ainsi que les éducateurs diplômés, explique Antonio Texeira, le président de la Ligue. Sur les 3 200 personnes contrôlées, soixante possèdent un casier judiciaire et vingt ne sont pas compatibles avec une mission dans des associations. » C’est le casier judiciaire B2, celui réservé aux autorités administratives et militaires, qui est croisé avec le fichier des licenciés du Centre Val de Loire.

Généralisé la saison prochaine sur toutes les Ligues

« Il convient néanmoins d’être prudent, prévient le responsable de l’instance régionale. Il est en effet possible de demander l’effacement de certains délits au bout d’un certain temps. Par contre, j’estime qu’on ne peut pas confier des enfants à une personne qui a été condamné à de la prison pour conduite en état d’ivresse. » Par rapport à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), la Ligue a dû envoyer un courrier à tous ses clubs les prévenant de cette expérimentation.

« Quand un cas est détecté, on informe tout d’abord l’intéressé en lui expliquant qu’on va prévenir le président de son club, indique Antonio Texeira. On a aussi des cas où il s’agit du président du club. On va donc le recevoir à la Ligue afin de de mettre en place un accompagnement de son club jusqu’à l’élection d’un nouveau président. » L’ex-président du District du Loiret est d’ailleurs plutôt fier de pouvoir mener cette expérimentation.

« Pour l’instant, on complète nos fichiers de licenciés à la main, ce qui est un boulot énorme, mais la FFF va corriger son intranet pour que les vérifications soient faites lors de la prise de licence la saison prochaine, assure-t-il. Et ce sera ensuite généralisé sur toutes les Ligues. » On n’est sûrement pas au bout de nos surprises !

PARTAGER