Jacky Fortepaule et le comité directeur de la Ligue ont été poussés vers la sortie par leurs clubs. (Photo Ligue Centre Val de Loire)
Jacky Fortepaule et le comité directeur de la Ligue avaient été poussés vers la sortie par leurs clubs en novembre 2018. (Photo Ligue Centre Val de Loire)

Ancien président de la Ligue du Centre Val de Loire, Jacky Fortepaule a comparu devant le tribunal pour harcèlement moral et sexuel.

Ce jeudi, Jacky Fortepaule comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Orléans pour des faits de harcèlement moral et sexuel à l’encontre de six salariés de la Ligue du Centre Val de Loire. Débarqué par ses clubs en novembre 2018, le successeur de Marc Dabarbat a eu un comportement déplacé à de nombreuses reprises. Ce que n’a pas manqué de souligner la présidente du tribunal durant l’audience.

Il y a eu des propos sexistes ou sexuels comme « Raffermis tes cuisses, c’est ton copain qui va être content » ou encore « Dommage que la fesse a été abolie, tu aurais eu les fesses rouges ». Mais aussi du harcèlement moral envers certains salariés. « Il pouvait être très colérique avec des mots extrêmement blessants qui pouvaient virer à l’humiliation » nous confie un ancien salarié de la Ligue.

« Tout le monde savait ce qu’il se passait ! »

Certains propos font même froids dans le dos de la part d’un président de Ligue à l’exemple de « Tu es une secrétaire de merde, d’ailleurs ça pue dans ce bureau ». Mais Jacky Fortepaule nie en grande partie tous ces faits. « Je n’ai pas le sentiment d’avoir fait quelque chose de mal » a-t-il notamment souligné à la barre, comme le rapporte France Bleu.

Condamnée par le tribunal des Prud’hommes à verser 58 000 euros à ses anciens salariés pour les faits de son ancien président, la Ligue du Centre Val de Loire était étrangement absente des débats. Pourtant, il avait été question de se porter partie civile afin de récupérer les sommes versées aux salariés. Ce qui n’a finalement pas été le cas. « Mais tout le monde savait ce qu’il se passait, ce n’est guère étonnant » assure un ancien salarié contacté hier.

La procureure Céline Visiedo a requis un an de prison avec sursis ainsi que 1 500 euros d’amende à l’encontre de Jacky Fortepaule. L’avocat du l’ancien président de la Ligue du Centre Val de Loire a demandé la relaxe. Le jugement sera rendu le mardi 5 avril prochain.

SHARE