Jacky Fortepaule et le comité directeur de la Ligue ont été poussés vers la sortie par leurs clubs. (Photo Ligue Centre Val de Loire)
Jacky Fortepaule et le comité directeur de la Ligue avaient été poussés vers la sortie par leurs clubs en novembre 2018. (Photo Ligue Centre Val de Loire)

Le tribunal d’Orléans a rendu son verdict concernant Jacky Fortepaule, l’ex-président de la Ligue du Centre Val de Loire.

Début mars, l’ex-président de la Ligue du Centre Val de Loire Jacky Fortepaule avait comparu devant le tribunal correctionnel d’Orléans pour des faits de harcèlement moral et sexuel à l’encontre de six salariés de l’instance régionale. Débarqué par ses clubs en novembre 2018, le successeur de Marc Dabarbat était accusé d’avoir eu un comportement déplacé à de nombreuses reprises. Ce que la présidente du tribunal avait signalé durant l’audience.

Il y avait eu des propos sexistes ou sexuels comme « Raffermis tes cuisses, c’est ton copain qui va être content » ou encore « Dommage que la fesse a été abolie, tu aurais eu les fesses rouges ». Mais aussi du harcèlement moral envers certains salariés dont certains sont – ou vont – passer devant le tribunal des Prud’hommes pour contester leur licenciement.

L’ex-président du Centre Val de Loire va faire appel

Le tribunal a suivi les réquisitions du Parquet en condamnant Jacky Fortepaule à un an de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende. L’ex-président de la Ligue du Centre Val de Loire – aujourd’hui âgé de 76 ans – devra également indemniser chacun des 6 salariés (ou ex-salariés) de la Ligue au titre du préjudice moral de 4 000 à 6 000 euros selon les cas.

Son avocat a décidé de faire appel de cette sanction. « Jacky Fortépaule reste donc présumé innocent jusqu’à ce que la Cour d’appel d’Orléans se prononce sur ce dossier » a indiqué Maître Ladislas Wedrychowski, comme le rapporte France Bleu.

SHARE