Stéphane Mahé cherche un nouveau projet dans lequel il pourrait s'investir.
Stéphane Mahé cherche un nouveau projet dans lequel il pourrait s'investir. (Photo FC Vesoul)

Son aventure avec le FC Vesoul s’est terminée au mois de décembre. Mais l’ancien joueur de Rennes et du PSG espère rebondir et retrouver un club.

Pourquoi ce départ après seulement un an et demi au FC Vesoul ?

« L’aventure s’est terminée au mois de décembre. J’avais un contrat aidé qui se terminait là en début d’année. On s’est donc séparé à l’amiable avec le club. Le bilan est positif car on est monté en Régional 1 l’été dernier  et notre début de saison était plutôt correct. »

Ce n’est pas trop frustrant d’arrêter en cours de saison ?

« Bien sûr que si c’est frustrant car je ne suis pas allé au bout de mon projet. L’expérience était excitante, dans le prolongement de la montée. Mais c’est le monde du football d’aujourd’hui. »

Tu souhaites donc rebondir très vite ?

« Je vais rester en Haute-Saône jusqu’à la fin de la saison car mes enfants sont scolarisés ici. C’est vrai que j’aurai envie de revenir sur le Grand Ouest s’il y a une opportunité. Mais je ne suis fermé à rien, que ce soit avec des jeunes ou des seniors. J’ai toujours envie de découvrir d’autres choses ! »

« La qualification de Vitré en coupe de France apporte de la fraîcheur  »

Découvrir d’autres choses ?

« Je regarde encore le football avec les yeux d’un enfant. J’aime voir des matchs, apprendre au contact des gens. Par exemple, j’ai beaucoup apprécié la qualification de Vitré en coupe de France car ça apporte de la fraîcheur. Quand tu vois le match, tu sens de l’envie, de l’enthousiasme, de l’énergie ! Je suis peut-être un peu naïf mais pour moi, c’est ce que je ressens avec le football. »

Quel genre de projet cherches-tu ?

« Je veux pouvoir m’investir dans un club qui a un vrai projet. Car un entraîneur n’est pas qu’une personne qui prépare et dirige une séance. J’aime discuter avec les joueurs pour savoir comment ils sont, leur état d’esprit, leurs problèmes éventuels. Mais il y a aussi tous ce qu’il se passe autour dans un club. Le technicien n’est pas juste celui qui est au bord du terrain. »

Justement, avec l’expérience que tu as depuis de nombreuses années, quel regard portes-tu sur le football amateur ?

« Je trouve que la mentalité des joueurs a changé. Il y a aujourd’hui beaucoup de surenchère. Le football professionnel a déteint sur le football amateur. Mais ce qui est rassurant, c’est de voir que des clubs qui n’ont pas forcément de gros budgets arrivent tout de même à s’en sortir. »


PARTAGER