Stéphane Lamant Dinan
Stéphane Lamant, l'entraîneur du Dinan Léhon FC. (Photo Philippe Le Brech)

Invaincu et leader au sein de sa poule de National 3, le Dinan/Léhon FC ne cesse d’impressionner en ce début de saison. Avant la réception de la Saint-Pierre de Milizac, l’entraîneur Stéphane Lamant s’est livré dans nos colonnes.

En ce début de saison, le club est invaincu avec un total de 7 victoires et d’un match nul. Un début de saison idéal ?

« Oui et puis ce n’était pas du tout prévu au programme ! Lors de notre préparation, il y avait aucun signe précurseur. Rien ne nous augurait de si bons résultats. C’est une bonne nouvelle, surtout avec la réforme des championnats. L’idée était de bien commencer. C’est une bonne chose. On est satisfaits pour le moment. »

Lors de votre premier match de championnat, vous vous êtes imposés sur le score de 3-0 contre la TA Rennes. Étiez-vous conscient que vous pouviez accomplir de grandes choses ?

« Pour être honnête, non. Lors de ce match, on ne gagnait que 1-0 à dix minutes de la fin. On a réussi à faire la différence à la toute fin de cette rencontre. On a su être performant mais ce n’est que le début de saison. Les matches se suivent mais ne se ressemblent pas. On ne pouvait pas imaginer que les prochaines rencontres allaient être du même acabit. »

Justement, comment expliquez-vous ce bon début de saison ?

« L’équipe a changé mais on a recruté des joueurs qui ont déjà connu le club par le passé. Dans l’effectif, il y a pas mal de joueurs de la saison dernière et j’ai déjà travaillé avec pas mal de recrues. Tout cela a facilité les choses. La mayonnaise a pris rapidement mais je ne sais pas si dans le temps on va réussir à conserver cet avantage. Toutes les équipes commencent à trouver leur rythme de croisière. »

Dinan-Léhon FC peut changer trois fois de formation !

Avec 20 buts marqués, l’équipe est la meilleure attaque du championnat et c’est en partie grâce au duo Anthony Vermet et Bilal Reffas arrivés cet été, auteur de 11 buts. Comment qualifieriez-vous leur relation ?

« Ce sont deux joueurs différents. Anthony Vermet connaît bien le club. J’ai été son coach pendant plusieurs années tandis que Bilal Reffas a découvert l’équipe cet été. Ils ont la chance d’avoir eu pas mal de temps de jeu. Pas mal d’attaquants étaient blessés en début d’année et ils ont pu enchaîner les rencontres. Malheureusement, Anthony Vermet est suspendu ce samedi. J’espère que celui qui prendra son relais aura autant de réussite. »

Même défensivement, le club n’a encaissé que cinq buts en l’espace de huit rencontres. C’est quelque chose d’important pour vous l’aspect défensif ?

« L’objectif est de marquer et de ne pas prendre beaucoup de buts. Notre défense se connaît bien et ça aide. Pourtant, c’est un aspect qu’on ne travaille pas beaucoup. On essaie de s’adapter à plusieurs systèmes de jeu. On change régulièrement de formation. Dans un match, il nous arrive de changer trois fois de formation. C’est notre marque de fabrique. La seule fois où on n’a pas changé de système, on a concédé le match nul contre Cesson. C’est ma faute. Je le regrette. »

Pour Stéphane Lamant, la montée en N2 n’est pas d’actualité !

Cela fait de nombreuses années que le club joue le haut du classement en National 3. Avec la réforme des championnats, est-ce l’année idéale pour monter ?

« Toute montée est bonne à prendre. Depuis mon arrivée, cela fait six ans que l’on figure dans le top 5. Mais la N2 c’est encore un autre monde. Il faut que le club soit prêt financièrement et structurellement. Nos joueurs ne sont pas sous contrats. Ils sont amateurs. 1/4 de l’effectif bosse le samedi. On est loin de la fin de la saison. Ce n’est pas quelque chose sur lequel on travaille. Plus vite on obtiendra le nombre de points nécessaires pour le maintien et plus vite on se fixera un autre objectif. Mais sans faire de langue de bois, ce n’est pas d’actualité. »

Ce week-end, vous allez jouer contre la Saint-Pierre de Milizac, troisième au classement. Une rencontre décisive ?

« Je ne vois pas cette rencontre de cette manière. On est encore très loin de la fin du championnat. Je prends cela comme un véritable test. La Saint-Pierre de Milizac est encore invaincue. C’est une équipe avec beaucoup de qualité. Ce sera l’occasion de se mesurer à une équipe qui a failli monter en National 2, l’année dernière. C’est une référence de ce championnat. »

Le club a été éliminé au 4e tour de la Coupe de France, lors de la séance de tirs au but contre le Stade Plabennecois. Le seul point noir de ce début de saison ?

« Effectivement. Certains diront que nous sommes premiers grâce à cette élimination en Coupe de France, mais c’est un regret. L’année dernière, on avait éliminé le Stade Malherbe Caen (Ligue 2), l’US Saint-Malo (N2) et on était tombés contre Brest (Ligue 1) lors des 32e de finale. Au bout d’une demi-heure, on s’est retrouvé à dix et on s’est incliné lors de la séance de tirs au but (13-12). Ce jour-là, on a marqué l’histoire de la Coupe de France puisque c’est la plus longue séance de tirs au but des 32e de finale. On a vécu de sacrées émotions et on aurait aimé repartager cela avec nos supporters. On se console avec notre belle entame de championnat. »

SHARE