Stade Briochin – US Concarneau : les chiffres à retenir du derby Breton

Yoann Le Méhauté (Saint-Brieuc, en jaune) et Hacène Benali (Concarneau, maillot bleu) sont les joueurs à suivre dans le derby breton. (© Philippe Le Brech)

Ce vendredi, le Stade Briochin reçoit l’US Concarneau. Le derby Breton est très attendu dans les deux camps et également par les spectateurs qui ne pourront pas malheureusement assister à la rencontre. Retrouvez les chiffres clés de cette rencontre.

Les Thoniers et les Griffons s’affrontent ce vendredi 15 janvier à 18 h lors de la 18ème journée de championnat. Le derby Breton oppose deux clubs qui ont réalisé une première partie de saison quasi-identique. Concarneau est neuvième, Saint-Brieuc, onzième.

Les Finistériens ont marqué quatre buts de plus (21) que les Costarmoricains (17). Et les défenses ont encaissé plus d’un but par match (20 à Concarneau, 19 à Saint-Brieuc). Les deux formations ont gagné cinq rencontres sur les dix-sept disputés. En début de saison, les deux équipe se sont quittés bons amis sur un match nul (0-0).

La dernière rencontre officielle entre les deux équipes remontaient à un match de coupe de France remporté par Concarneau (0-1) en 2008. La même année, les deux clubs s’étaient affrontés en CFA2. Le Stade Briochin s’était imposé 2-3 sur la pelouse finistérienne.

Saint-Brieuc, une ville plus grande

Avec 45 105 habitants en 2015, Saint-Brieuc était peuplé de deux fois plus d’habitants que Concarneau et ses 19 182 résidents. Le Stade Fred Aubert peut accueillir jusqu’à 10 600 spectateurs quand le Stade Guy Piriou peut recevoir 6 500 observateurs.

Concarneau, plus structuré

14 joueurs sont sous contrats fédéraux à Concarneau contre seulement six joueurs Briochins. Les deux clubs Bretons bénéficient de joueurs prêtés. Ils sont trois à évoluer dans la formation finistérienne avec Yohan Bilingi (Guingamp), Erwan Maury (Rodez) et Richard Sila (Paris FC). Et deux à Saint-Brieuc avec le gardien Maxime Pattier (Lorient) et l’attaquant Scott Beckam Kyei (Reims)

En tout, 22 joueurs + trois jeunes composent l’effectif Concarnois et 26 éléments évoluent dans le groupe Briochin. En termes de licenciés, les deux clubs sont au coude à coude. Il y en a 480 au Stade Briochin et 453 à l’US Concarneau. Les deux clubs ont un budget à hauteur de 2 millions d’euros.

L’US Concarneau dispute sa cinquième saison consécutive en National. (© Philippe Le Brech)

L’expérience au profit de Concarneau

Depuis 2016, les Concarnois évoluent en national. De nombreux joueurs de son effectif connaissent bien ce championnat. C’est notamment le cas du capitaine Guillaume Jannez, du milieu de terrain Tristan Boubaya, des milieux offensifs Guillaume Gégousse ou Béni Nkololo entre autres. Arrivé cette saison, l’entraîneur Stéphane Le Mignan a connu la ligue2 avec Vannes et une finale de coupe de la ligue. Il a notamment coaché Boulogne-sur-Mer et Créteil avant d’être l’adjoint de Christian Gourcuff au Qatar.

Le Stade Briochin découvre ce championnat cette saison. Le promu a pu bénéficier de l’arrivée de Christophe Kerbrat et Benjamin Angoua qui ont évolué de nombreuses années en ligue1 chez le voisin Guingampais. Le club compte dans ses rangs cinq éléments qui ont déjà évolué sous les couleurs de Concarneau : Devon Romil, Zana Allée, Valentin Lavigne, Charly Dutournier et Maël Illien. Moins expérimenté que son homologue, Maxime D’Ornano a notamment entraîné Lannion avant d’arriver au Stade Briochin.

Le Stade Briochin redécouvre le National cette saison (© Philippe Le Brech).

L’histoire en faveur de Saint-Brieuc

Crée en 1904, le Stade Briochin a évolué pendant trois saisons en D2 (1993-1994 et 1994-1995 puis 1996-1997) et 1 saison en National (1995-1996, finissant 1er du groupe A et battu par par Toulon pour le titre de champion). En 1966, il échouait en huitième de finale face à Strasbourg, vainqueur de cette édition. Quand à Concarneau, le club connait très bien la troisième division française pour y avoir évolué de nombreuses années (1970-1980, 1982-1983, 1985-1986, 1988-1992 et depuis 2016).

En 2015, Concarneau signait une très belle épopée en coupe de France en s’inclinant en quart de finale contre Guingamp (1-2). Maxime Toupin, Guillaume Gégousse, Guillaume Jannez étaient notamment sur la pelouse. Thibault Sinquin était sur le banc et un certain Maël Illien évoluait dans l’entrejeu.

Le joueur à suivre des deux côtés

Avec six buts, Hacene Benali sera l’arme offensive numéro 1 des Thoniers. Arrivé du Stade Poitevin, ce joueur offensif peut évoluer sur le côté comme devant. Très rapide, l’excentré n’est jamais passé par un centre de formation. A 21 ans, il dispose d’une très belle marge de progression.

Auteur de quatre réalisations, Yoann Le Méhauté sera l’un des hommes à surveiller. Dôté de qualités techniques au dessus de la moyenne et d’une capacité à garder le ballon, l’ancien guingampais pourrait jouer des tours à l’arrière garde finistérienne. A 26 ans, il découvre ce championnat.

Les groupes

Stade Briochin : Ndiaye (g), Pattier (g) – Le Marer, Angoua, Kerbrat, Boudin, Vargas-Rios – Illien, Bloudeau, Aboubakari, Le Méhauté, A. Allée – Romil, Dutournier, Kyei, Z. Allée.

US Concarneau : Viot (g), Maitre (g) – Bilingi, Ouaneh, Jannez, Badji, Laurent – Sinquin, Boubaya, Ley, Gégousse, Moina, Vincent – Nkololo, Benali, El Khoumisti, Sila.

.

SHARE