C'est au Parc des sports Méons à Saint-Etienne que les faits se sont déroulés.
C'est au Parc des sports Méons à Saint-Etienne que les faits se sont déroulés. (Capture d'écran Google)

La commission de discipline du District de la Loire a notifié les sanctions dans le dossier de la rencontre entre le FC Saint-Etienne et le CO La Rivière. Et elle n’a pas fait de détails !

Le dimanche 10 décembre, la rencontre de Départemental 2 entre le CO La Rivière et le FC Saint-Etienne avait été le théâtre de graves incidents. Deux joueurs stéphanois avaient été gravement pris à partie par des adversaires et des supporters. « Ils ont un traumatisme crânien pour l’un et une fracture de la pommette pour l’autre » nous confiait alors un dirigeant stéphanois. « Ce n’est pas ma conception du football et je peux assurer à tous les licenciés du FC St Etienne ainsi qu’aux véritables amoureux du football que les choses n’en resteront pas là » as’était alors indigné Frédéric Ollagnon, le président du FC Saint-Etienne.

Le dossier avait été mis instruction par la commission de discipline du District de la Loire qui a rendu ses conclusions la semaine dernière : « Considérant qu’au coup de sifflet de l’arbitre indiquant l’arrêt du match, des joueurs de CO LA Rivère se sont rués sur le joueur n°9 pour le tabasser à coups de poings et de pieds accompagnés par des pseudo-spectateurs présents… Considérant que le même groupe de joueurs de CO LA Rivière et des pseudo-supporters s’en sont pris au joueur n°7 de FC Saint-Etienne ».

De lourdes suspensions mais aussi une amende record !

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les sanctions sont sans appel ! « Pour des actes de violences et de brutalités et coups en réunion dans l’intention de porter atteinte à l’intégrité physique de l’individu, qui constituent des circonstances aggravantes », les six joueurs du CO La Rivière impliqués ont été purement et simplement radiés à vie « de toutes fonctions officielles dans le milieu du football ».

Mais pas seulement. L’entraîneur du club a été suspendu dix ans « Pour contestations à répétition des décisions de l’arbitre, pour menaces et intimidations pendant la rencontre envers l’arbitre ayant pour effet l’arrêt du match. Pour avoir réitérer ces menaces envers l’arbitre en dehors de la rencontre, pour ne pas avoir tenté d’intervenir pour arrêter le lynchage envers les joueurs de l’équipe adverse ». Sans compter que les amendes sont très lourdes : 7521 euros !

Par ailleurs, le club du CO La Rivière a eu match perdu « par mesure disciplinaire » mais s’est aussi vu sanctionné de dix points en moins au classement… se retrouvant ainsi dernier de son groupe de Départemental 2. Il pourrait à présent avoir un volet judiciaire à ce dossier en plus des sanctions footballistiques.

PARTAGER