Comment s’est passée ta première saison en National avec le SAS Epinal ?
« En débarquant à Épinal, mon premier objectif était d’encaisser la préparation en évitant les pépins physiques. Durant la préparation, l’intensité et la charge de travail sont bien plus importantes que ce que j’ai pu connaître par le passé. Ensuite, mon second objectif était de faire ma place dans le groupe progressivement, et de ne plus le quitter à partir du mois d’octobre, une fois que la préparation serait digérée. »

L’adaptation n’a pas été trop difficile pour ta première saison à ce niveau ?
« Bien sûr, j’ai eu un temps d’adaptation puisque c’était une découverte totale pour moi. Je m’y étais préparé psychologiquement donc j’ai pris mon temps pour être compétitif dès que possible. Cette saison, j’ai toujours figuré dans le groupe (National), hormis lorsque j’étais blessé. En tout, j’ai participé à 30 matchs, dont 22 en tant que titulaire. Avant de signer, je savais que j’allais devoir faire face à la concurrence. Le staff m’a fait confiance, mais on ne m’a jamais dit que j’aurais un statut de titulaire indiscutable. »

« Il y a d’excellents joueurs dans ce championnat. »

Quelle est la différence entre le National et le CFA ?
« Par rapport au CFA, le National, c’est vraiment un ton au-dessus et tu le ressens dans tous les compartiments du jeu : dans l’intensité, dans l’impact, dans les duels, dans la justesse technique, dans la qualité des transmissions, etc. En fait, c’est un ensemble de détails qui ne te permet aucune erreur technique, sinon, tu le paies cash ! Au niveau des entraînements, je suis passé de 3 ou 4 à 6 ou 7 entrainements par semaine. De plus, l’organisation générale est très différente, notamment en ce qui concerne les déplacements. Tout est fait pour que les joueurs soient mis dans les meilleures conditions. »

Le niveau est donc bien plus élevé…
« Il y a d’excellents joueurs dans ce championnat, de grosses individualités à l’image de l’ex-luçonnais Charly Charrier qui m’a vraiment impressionné. On sent vraiment qu’il s’agit d’un championnat qui fait le lien entre le monde amateur et le monde pro. Avant de signer en National, on m’a souvent dit de ce championnat qu’il fonctionnait avec les exigences du monde pro mais avec les moyens du monde amateur. C’est complètement vrai et tu en prends pleinement conscience quand tu le vis ! »

« Je veux profiter un maximum ! »

Comment as-tu été utilisé avec Epinal ?
« J’ai évolué à plusieurs postes cette saison : latéral gauche, milieu défensif, défenseur axial. D’une façon générale, cette saison est une vraie satisfaction pour moi, d’une part par rapport au temps de jeu que j’ai pu avoir, mais aussi car je pense avoir énormément progressé notamment dans l’exigence. J’ai franchi un cap, sur le terrain, mais aussi dans mon approche du métier. En effet, depuis plusieurs semaines, je collabore avec un agent, en la personne de Christophe Hutteau, que je remercie pour la confiance et l’expérience qu’il m’apporte. Nous avons été mis en relation grâce à Réseau Pro, dont je suis l’évolution depuis le début et qui a pris une autre dimension depuis quelques mois ! Ce service est vraiment intéressant et je sais que cela va aider de nombreux joueurs comme cela a été le cas pour moi. »

Quel est ton objectif pour la saison prochaine ?
« Maintenant, mon objectif est de confirmer lors de la saison 2016-2017, en National dans l’idéal ! Nous avons été rétrogradés sportivement, mais à l’image des Herbiers, nous pouvons toujours être repêchés. J’ai toujours pensé qu’il y avait quelque chose à faire, que je pouvais réaliser des choses dans le football. Même à 27 ans, je sais que je peux encore progresser avec le travail. J’ai énormément bossé, et même galéré pour en arriver là. J’ai conscience de la chance que j’ai et que ce que je vis aujourd’hui est éphémère, c’est pourquoi je veux en profiter un maximum. »

PARTAGER