Alors que l’École de Football Jean Mendez (D4) doit recevoir l’US Torcy (R1) dans le cadre du quatrième tour de la Coupe de France, cette rencontre n’a toujours pas de stade attitré. Explications avec son président et entraîneur : Souleymane Doucouré.

Le club va affronter Torcy pour le quatrième tour de la Coupe de France. Êtes-vous déçu de ne pas affronter une équipe de niveau National ?

« Oui, parce que nous sommes des compétiteurs, malgré le fait que nous évoluons en D4. Le club va connaître sa deuxième année d’existence, puisqu’il a été créé le 31 août 2021. »

C’est donc déjà une qualification historique pour le club ?

« Tout à fait, c’est historique et on ne compte pas s’arrêter-là ! Les joueurs sont de bons footballeurs et chaque équipe aura sa chance. Ce ne sera pas un match facile. En août, on s’est préparé contre de grosses équipes et on a réussi à faire de bons résultats. Certes, nous avons perdu contre Villejuif qui évolue également en R1, mais il faut savoir qu’on a dominé cette rencontre et qu’on n’a pas réussi à concrétiser nos occasions. »

Qu’est-ce que vous ressentez à l’approche de ce match ?

« On est tranquille, relax. On a une histoire compliquée car on a du mal à trouver des structures et des installations. Donc pour le moment, on s’entraîne dans des parcs et on aménage des petites surfaces pour pouvoir travailler. Le match de ce dimanche, on ne sait toujours pas dans quel stade on va le jouer. Heureusement que la ville de Clamart nous soutient et nous a permis d’écrire cette histoire. On compte sur eux pour nous trouver un moyen d’accueillir cet événement. »

A Jean Mendez, « on tient parce qu’on aime le football ! »

En voulez-vous à la commune de ne pas vous avoir trouvé d’installations ?

« On ne leur en veut pas forcément, parce qu’ils sont reconnaissants et ils savent qu’ils doivent nous trouver des créneaux et des installations. Malheureusement, l’autre club de la commune (COM Bagneux) ne veut pas de concurrence alors que ce n’est pas notre but. On veut juste créer de la place pour tous les joueurs de la ville. La ville et le Service des Sports ont compris notre démarche. On espère que l’année prochaine tout sera rentré en ordre. Le District nous a aussi mis des bâtons dans les roues. On a été mis en hors compétition deux fois et on a reçu des amendes. Nous sommes un petit club et on ne dispose ni de subventions ni de sponsors. Tous les frais sont pour notre poche. C’est difficile mais on tient parce qu’on aime le football. »

Cette qualification va-t-elle permettre de mettre le club en valeur ?

« Oui et puis nous sommes un club historique au Sénégal. Je suis sorti de cette École de Football avec pas mal de joueurs qui jouent en Ligue 1 et en Premier League (Demba Touré, Cheikh Tidiaye, Ismaela Ndiaye). On a recréé ce club ici pour aider notre commune. »

Vous êtes Président et à la fois entraîneur de l’École de Football Jean Mendez. Comment arrivez-vous à gérer ces deux fonctions ?

« C’est très difficile mais j’ai la chance d’avoir des personnes de qualité autour de moi. Le gros travail est fait par Amadou Tall et Fatou Soumaré, qui est une joueuse internationale qui assiste et anime nos séances d’entraînements. Amadou Tall dispose du DEF. Il est capable d’entraîner une équipe professionnelle. Nous sommes tous des éducateurs diplômés. D’un point de vue administratif et sportif tout se passe bien mais du côté financier, c’est plus difficile pour nous. »

SHARE