Roxana Maracineanu a répondu aux questions du sport amateur

Roxana Maracineanu
Roxana Maracineanu a sifflé la fin du match ! (Photo Ministère des sports)
Bannière stages Louza

Retour sur la visio organisée ce mardi soir par Asso’connect avec Roxana Maracineanu, la Ministre déléguée aux sports.

La ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu était en direct sur la plateforme Be Sport ce mardi en début de soirée pour répondre aux questions « des responsables du secteur sportif amateur ». Qu’est ce qu’il faut en retenir ? La réponse ne va pas vous étonner : pas grand chose. Comme d’habitude la Ministre est restée flou dans ses réponses. Tâchons tout de même de faire un petit récapitulatif des éléments abordés au cours de ce live.

Un an après le début de la crise sanitaire, de nombreuses questions ont porté sur la date et les conditions de reprise des activités. La Ministre a rappelé que le Président de la République avait parlé d’encore « 4 à 6 semaines de situation compliquée sur le plan sanitaire. […] C’est l’horizon dans lequel nous travaillons, avec les Fédérations, les acteurs associatifs, l’économie du sport pour pouvoir proposer à cet échéance des réouvertures progressives au secteur du sport ».

Roxana Maracineanu a précisé à ce sujet qu’une « priorité sera donnée à la reprise des mineurs » pour le retour à des activités d’intérieur car les enfants ne « peuvent pratiquer que s’ils sont encadrés ». Le retour du public adulte dans les enceintes fermées n’interviendra que dans un second temps, « également pour les salles de sports, les piscines, les dojo, les gymnases ».

La Ministre compte également « beaucoup sur la sortie du masque sportif » d’ici mi-avril, même si « son prix ne doit pas constituer un frein ». Ce dernier devrait être entre 5 et 10€, pour un masque réutilisable. Ce masque devrait être obligatoire pour les pratiques à l’intérieur selon Roxana Maracineanu.

Elle espère que cette reprise progressive se fasse dès mi-avril, « voir même dès le début des vacances d’avril » mais encourage les associations à poursuivre les activités extérieures. Elle cite ainsi l’exemple des licenciés de la Fédération de judo qui bénéficie d’une initiation au golf. Son idée globale est donc de prioriser la pratique (ou une adaptation de sa pratique), plutôt que sa pratique, en attendant un retour à la normale. Elle a également annoncé la volonté d’aider les collectivités pour avancer l’ouverture de certains équipements (type piscines qui n’ouvraient jusque là que l’été).

La Ministre a reconnu que les Français seront sans doute beaucoup plus rétifs à s’engager à la rentrée prochaine et qu’il faut donc « réfléchir à l’offre proposée » dès que possible, comme « des inscriptions au trimestre, des inscriptions à la séance, des collaborations entre associations sportives ».

Pas de Coupe de France féminine cette saison

Sur une question spécifique sur la coupe de France féminine de football, la ministre a parlé de championnat avec pas suffisamment de contrats pro’ chez les joueuses… en oubliant visiblement le fait que la coupe de France masculine a elle été autorisée pour des clubs totalement amateur. L’édition 2020-2021 ne devrait en tout cas pas se finir puisqu’il « n’y aura plus assez de temps ».

Sur la question des aides, Roxana Maracineanu a d’abord indiqué que chaque Fédération pourrait mettre en place des gestes, à l’image de celle de Handball qui a renoncé à sa part sur les renouvellements l’an prochain. Concernant l’État, 100 millions d’euros vont être débloqués en juin « pour pouvoir permettre aux associations de capter les publics qui sont le plus en difficulté sur le plan financier pour qu’ils puissent bénéficier d’une réduction ».

C’est le Pass’Sport déjà évoqué ces dernières semaines. L’État a choisi comme cible les 6-16 ans (6-20 ans pour le public handicapé). L’aide pourra aller de 50 à 80€ par enfant. La ministre compte sur les professeurs d’EPS pour faire connaître l’offre au plus grand nombre. Les familles recevront des bons à remettre aux clubs, ces derniers pourront se faire rembourser dans un laps de temps rapide.

Maracineanu a estimé possible qu’il y ait à l’avenir une territorialisation de la reprise, avec pratique plus ouverte sur les zones moins touchées par la crise sanitaire, maintenant que les compétitions sont arrêtées que cette différente de traitement ne sera pas synonyme d’iniquité sportive.

Au vu des commentaires tout au long du direct, l’intervention de Roxana Maracineanu et les questions posées par son interlocuteur d’AssoConnect, n’ont guère convaincu et les incertitudes demeurent encore nombreuses, du fait notamment de la crainte de perdre de nombreux licenciés la saison prochaine.

SHARE