Romain Montiel
Romain Montiel quitte Bourg-en-Bresse pour Martigues. (Photo Philippe Le Brech)

Romain Montiel s’est engagé avec le FC Martigues il y a quelques jours. L’attaquant de 27 ans va donc connaître un nouveau défi en National après une expérience à Bourg-Péronnas. Il nous a confié les raisons de son arrivée chez le promu.

Romain, quel est ton regard sur ta saison avec Bourg-en-Bresse ?

« C’était une saison en demi-teinte, un peu à l’image de l’équipe. On a bien commencé jusqu’à la trêve hivernale. Ensuite, comme je le dis, janvier et février sont les mois les plus durs dans ce championnat, cette année on a loupé le coche. On a été dans la course à la montée et malheureusement on n’a pas réussi. Moi, sur la fin de saison j’ai beaucoup moins joué, avec la concurrence de l’équipe et mon replacement à un autre poste. »

Qu’est-ce qui a motivé le choix de Martigues ?

« J’étais en fin de contrat à Bourg-en-Bresse et sans proposition de prolongation. Il n’y a pas eu de rencontre avec les dirigeants. Je commence à connaître le football je savais que je n’allais pas être conservé. J’ai été motivé par le fait que j’allais pouvoir jouer des matchs et faire une saison pleine à Martigues. C’est un club historique des divisions professionnelles qui essaie de se restructurer et de monter après sa descente en N2. En plus, moi je viens de Manosque, je connais bien la région. A Martigues, je sais où je mets les pieds. »

Avais-tu d’autres possibilités ?

« Oui, il y a des clubs de N2 qui m’ont appelé tôt et deux trois clubs de National qui étaient chaud pour que je joue pour eux. J’ai voulu choisir Martigues pour le projet et pour la proximité. »

Romain Montiel : « C’est une équipe joueuse et elle a du caractère »

Qu’est-ce qui t’a attiré dans le projet de ce club ?

« C’est un club historique qui essaie de monter et de se reconstruire. Il est sur une dynamique positive. C’est toujours mieux d’arriver dans un club qui est sur cette lancée. Il faut suivre cette dynamique positive et se maintenir le plus tôt possible dans un championnat difficile. Le projet de jeu également. Ils veulent jouer en 3-5-2 ou 4-3-3. J’ai été formé en 4-3-3 à Auxerre, je me reconnais dans ce plan de jeu. Cela a aussi rendu mon choix plus facile. »

Que penses-tu de l’équipe et de la saison qu’elle vient d’achever ?

« J’ai entendu parler quelques collègues à moi : c’est une équipe joueuse et elle a du caractère. On connait les clubs du sud qui jouent avec beaucoup de caractère et de personnalité. On les avait joués en match amical au début de saison. C’est une équipe joueuse qui repart de derrière et qui aime construire son jeu. »

Au sortir d’une année en National, que penses-tu de l’évolution de ce championnat ?

« C’est un championnat qui a beaucoup progressé par rapport à ma première année. Quand j’étais à Chambly, on a bataillé plus physiquement que techniquement. Maintenant, les coachs commencent à jouer au football et proposer des plans de jeu tactique très clairs. Ce n’est pas qu’un championnat physique malgré les légendes urbaines. Pour l’instant ça s’améliore. En termes de niveau, toutes les équipes se valent, c’est ça la difficulté de ce championnat, il y a peu de différence, le premier peut perdre face au dernier. »

SHARE