De nombreux petits clubs de football pourraient pâtir de la suppression de la réserve parlementaire.
(Photo Assemblée Nationale)

Le projet de loi visant à supprimer la réserve parlementaire des députés pourrait être un coup dur pour certains clubs qui en profitent largement.

La loi de moralisation de la vie publique, actuellement en débat à l’assemblée nationale, fait couler beaucoup d’encre. Et notamment le volet sur la suppression de l’enveloppe parlementaire que les députés distribuent pendant leur mandature. En étudiant les fonds distribués par tous les parlementaires en 2016, nous avons relevé que de très nombreuses associations sportives avaient profité des « dons » de leurs députés aux côtés des communes ou des associations humanitaires comme Les Restos du cœur ou encore le Secours Populaire.

Parmi les quelques 16 000 bénéficiaires en 2016, le football se taille une part très importante dont certaines Ligues (Guyanne) ou Districts (Ain, Orne, Tarn). En épluchant les documents fournis par les 577 députés de l’ancienne mandature, il s’avère que certains clubs ont largement profité de la générosité de leurs élus. Le champion en la matière est le FC Chambly Thelle (National 1). Car si le club du président Luzi trône en tête du classement 2016 avec 70 000 euros reçus, il comptabilise 120 000 euros sur les trois dernières années (10 000 euros en 2014, 40 000 euros en 2015). Autant dire que l’ancien maire de Chambly (1995-2013) et ex-député de l’Oise (1997-2017) Michel Françaix aimait son club de foot.

Un club professionnel dans le classement !

Sur l’année 2016, l’AS Minguettes Vénissieux pointe en deuxième position (55 000 euros) juste devant Joué-les-Tours FC (30 000 euros) qui complète le podium. Mais ces deux clubs n’avaient pas touché le moindre centime les années précédentes. Par contre le quatrième du classement est un véritable habitué. Car l’US Créteil a touché 25 000 euros en 2016… tout comme en 2015 ainsi que 20 000 euros en 2014, soit 70 000 euros sur les trois dernières années. Dans le classement 2016, on retrouve aussi deux autres clubs de National 1, Les Herbiers et Épinal (15 000 euros chacun) ainsi qu’un club professionnel : le FC Bourg-Péronnas, qui évolue en Ligue 2 (10 000 euros).

Avec la possible suppression de cette manne financière, de nombreux clubs vont donc perdre un apport assez conséquent. Notamment certains petits clubs. « Quand on avait quelques difficultés à boucler le budget, c’était très pratique, concède un président de club de District de l’Ouest. Mais cela permettait aussi d’acheter du matériel pour nos jeunes. Mais si c’est une perte non négligeable, cela nous poussera aussi à aller chercher des fonds ailleurs ! »

Les clubs ayant bénéficié de plus de 10 000 euros en 2016

Tous droits réservés @ Atlantique Médias

 

PARTAGER