Relègué en N2, l'AS Béziers évoluait il y a deux saisons en encore L2. (© ASB).

Évoquant la descente de l’AS Béziers en N2 comme un « déni de justice » Emmanuelle Ménard, députée de l’Hérault demande réparation.

Le 11 mai dernier, le Comex de la Fédération Française de Football a entériné le classement du Championnat National, au terme de la dernière journée jouée.

De ce fait, le SC Toulon, le Gazelec Ajaccio, l’AS Béziers et Le Puy Foot 43 sont donc aussi relégués en N2. C’est une catastrophe pour les Ajacciens et les Bitterois qui vont perdre leur statut professionnel, avec tous les inconvénients qui en découlent.

Du côté de l’AS Béziers on a pas tardé à réagir, et le club biterrois a obtenu un soutien de choix en la personne d’Emmanuelle Ménard. La députée de l’Hérault vient en effet d’adresser une missive à l’attention de Noël Le Graët, le président de la Fédération Française de Football, en évoquant notamment « une situation à la fois injuste et absurde » mais aussi « un vrai déni de justice ». La femme de Robert Ménard, le maire de Béziers, estime que « cette décision (…) aurait dû faire l’objet d’un débat bien plus large que celui mené au sein du bureau exécutif de la Fédération ».

Extraits :

PARTAGER