A la FFF, c'est compliqué d'avoir un interlocuteur !
Le siège de la FFF. (Photo Jérôme Bouchacourt)

Ce billet d’humeur entend dénoncer des faits qui sont tout simplement inadmissibles avec l’intervention d’un salarié de la FFF auprès d’un de nos consultants.

Lundi 27 Avril 2020, nous souhaitions réaliser un sujet avec notre consultant juriste afin qu’il explique les conséquences des éventuelles saisines du CNOSF contre la Fédération Française de Football par des clubs mécontents.

Or celui-ci nous a prévenu ce même lundi, en fin de matinée, qu’il ne pouvait participer à notre sujet. La cause ? Il venait de recevoir un appel téléphonique de son employeur, une autre fédération sportive. Cette dernière venait d’être contactée par … un salarié de la FFF ! Cet appel concernait son intervention sur notre site et dans un quotidien régional.

S’il est juriste salarié au sein de sa fédération d’appartenance, notre consultant est toujours intervenu de manière indépendante sur Footamateur.fr. Ce qui est parfaitement son droit. Il a par ailleurs collaboré au sein de plusieurs Ligues de football. Il possède également une licence FFF et il est arbitre officiel.

En outre, son intervention sur Footamateur.fr est particulièrement instructive et mesurée, comme nous l’ont fait remarquer d’autres juristes ou des avocats du sport. Cela a notamment, et de manière pédagogique, permis d’expliquer au monde du football amateur les décisions prises par le Comex de la FFF le 16 avril dernier.

Aujourd’hui, nous nous interrogeons sur la motivation de cette intervention d’un salarié de la Fédération Française de Football ? Pourquoi mettre la pression sur notre consultant, tout en mettant en péril son emploi ? Pourquoi vouloir nous porter préjudice alors que nous avons tenté, dans cette période d’urgence sanitaire, de ne pas jouer la surenchère avec des projections hasardeuses sur les classements des championnats ?

Nous ne comprenons absolument pas la nécessité et l’objectif recherchés par cette irruption d’un membre de la FFF. Cela est grave et mérite pour le moins des explications de la part de ce salarié de l’instance fédérale.

Nous ne comprenons pas cet intérêt à rechercher à nous nuire en tentant de bâillonner un de nos consultants. Nous ne comprenons pas davantage cette atteinte grave à la liberté d’expression mais aussi à la liberté de la presse.

En dépit de cette interférence scandaleuse que nous déplorons et condamnons de manière ferme, nous continuerons notre mission d’information car c’est ce qui nous importe dans l’intérêt supérieur du football.

Nul ne saurait nous empêcher de publier… Même si cela pourrait parfois gêner. En effet, le plus important à nos yeux, ce sont nos lecteurs !

PARTAGER