Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées pour un match de foot à Strasbourg. (Capture d'écran Facebook)

Malgré l’interdiction, deux équipes de quartiers de Strasbourg ont joué un match de football ce dimanche devant un public venus nombreux.

Une semaine après Amiens, c’est à Strasbourg qu’un match de football « sauvage » a été organisé ce dimanche. Organisé via les réseaux sociaux, ce match a opposé des équipes des quartiers de Neuhof et Hautepierre devant près de 400 spectateurs au stade stade Paco-Mateo, dans le quartier des Poteries.

« Ce qui s’est déroulé ce week-end est d’une irresponsabilité et d’une gravité sans commune mesure, Serge Oehler, le Maire Adjoint en charge des sports de la capitale alsacienne. Il nous appartient à nous élus de condamner fermement et d’agir. Si après visionnage il s’avère que des encadrants de club ont participé à cela il y aura évidemment une réponse proportionnée. »

Pourtant comme de nombreuses villes de France, des actions avaient été entreprises pour éviter ce genre de rassemblement. « Il y a quelques jours, j’ai adressé aux clubs une lettre leur demandant de veiller au respect de la non utilisation des équipements sportifs et nous avions fait enlever les buts ou les filets la où c’était possible » précise l’élu strasbourgeois.

« Inexcusable et inacceptable ! »

Alertée par des riverains, la Police municipale est intervenue mais sans pouvoir mettre fin à ce match de football. « Ce qui s’est passé est absolument inexcusable et inacceptable, déplore François Marcade, président de l’association omnisports JSK qui utilise le stade, aux Dernières Nouvelles d’Alsace. Je n’ai appris que vers 17 heures que des centaines de personnes étaient sur place. Je suis tombé des nues. Et je peux vous assurer qu’aucun dirigeant du club n’a autorisé ni encouragé ce rassemblement. »

De nombreuses vidéos circulent sur les réseaux sociaux et la Police va s’en servir pour savoir si des éducateurs de clubs de football ont participé à ce rassemblement. Il faut rappeler que les rassemblements de plus dix personnes sont toujours interdits jusqu’au lundi 2 juin.

PARTAGER