A l'image du SO Cholet (en noir) et du FC Villefranche-Beaujolais, le National est très homogène. (Photo Philippe Le Brech)

Pour la presse, les diffuseurs et les supporters, le football ne se limite qu’au Paris-Saint-Germain ou presque. Il n’y a qu’à voir les unes de L’Equipe ou tous les débats télévisés dans les émissions spécialisées pour se rendre compte que plus de la moitié du temps est consacré aux exploits (ou aux déboires) de Mbappé, Neymar et consorts. Même les autres clubs de Ligue 1 se sentent parfois lésés de cette exposition médiatique bien supérieure du club de la capitale. Si certains arrivent tout de même à sortir du lot grâce à une grosse base de supporters comme Marseille, Saint-Étienne et Lyon, les autres ne ramassent que les miettes, mêmes quand leurs performances sont louables comme Angers ou Nantes en ce début de saison.

Espérer que les grands médias portent leur attention sur le championnat National, le troisième niveau de l’élite du football français, paraît donc illusoire. Pourtant, eux, comme les vrais fans de foot, auraient fort à gagner à suivre ce championnat qui, bien que ses clubs ne bénéficient pas du statut professionnel comme ceux de Ligue 1 et de Ligue 2, offre une compétition intéressante et de haut niveau, comme les nombreux et récents bons parcours de clubs de National en Coupe de France l’ont prouvé. Voici une présentation des principales raisons à s’intéresser au National pour ceux qui ne connaissent encore que guère ce beau championnat. Pour rendre ces raisons encore plus claires et pour voir qu’elles sont toutes interconnectées, elles seront toutes comparées à un tournoi de poker.

Un plateau d’amateurs talentueux

Le poker se rapproche d’abord du National par la constitution de ses participants. En effet, au poker, même dans les tournois les plus prestigieux de la planète, la plupart des concurrents sont des joueurs amateurs et inconnus qui ont gagné leur place sur Internet suite à un petit tournoi en ligne et ont réussi à passer toutes les étapes pour venir s’asseoir à la table finale.

Mais le fait que ces amateurs ne soient pas connus du grand public n’enlève rien à leur talent. En effet, il est arrivé à de nombreuses reprises que ce soit un de ces anonymes qui remporte le plus gros tournoi du monde, comme Chris Moneymaker aux WSOP de 2003, lançant par là même le boom du poker, ou l’Espagnol Ramon Colillas aux PSPC 2018, le plus grand tournoi de poker de l’histoire.

Cette analogie se retrouve bien sûr dans le National où la plupart des joueurs ont un statut amateur, à l’exception des clubs relégués de Ligue 2. Pourtant, ce n’est pas le statut qui fait le niveau, et ces amateurs ont bien souvent donné du fil à retordre aux clubs professionnels lors de la seule compétition qu’ils ont en commun : la Coupe de France. La meilleure année fut bien sûr 2018, quand 2 clubs de National se retrouvèrent en demi-finales, Les Herbiers et Chambly, après avoir battu des clubs pros comme Châteauroux, Auxerre, Lens ou Strasbourg. Et Les Herbiers, le finaliste, ne s’inclineront que 2 buts à 0 en finale face à l’ogre parisien. Voilà ce qui fut et ce qui reste la meilleure publicité pour défendre la qualité du championnat National.

Ngolo Kante est passé par le National à Boulogne avant de signer au SM Caen. (Photo Philippe Le Brech)

Mais des stars aussi

Si les histoires d’amateurs raflant le jackpot participent à créer la légende d’un poker accessible à tous, il n’en reste pas moins qu’il existe aussi des stars dans ce milieu qui, grâce à un sens stratégique et une lecture des émotions supérieurs à la moyenne, parviennent souvent à prendre la mesure de leurs adversaires. Mais, avant d’être des stars, ces joueurs de poker étaient des amateurs comme les autres et ont fait petit à petit leur chemin jusqu’à leur notoriété actuelle : on peut notamment citer Daniel Negreanu, Bertrand ‘ElkY’Grospellier ou Vanessa Selbst.

Et ce parallèle est identique dans le National où de nombreux joueurs ont fait leurs armes avant de découvrir les niveaux supérieurs. On peut notamment penser aux champions du monde N’golo Kanté, Olivier Giroud ou Adil Rami. Encore plus récemment, Nicolas Pépé était élu meilleur joueur de National de la saison 2015-2016. 3 ans plus tard, il est désormais titulaire à Arsenal dans le meilleur championnat du monde. D’autres joueurs qui ont marqué le football français comme Franck Ribéry ou Steve Savidan ont aussi fait les beaux jours du National avant d’évoluer plus haut.

Aujourd’hui, un joueur comme Kévin Rocheteau, du SO Cholet, meilleur buteur la saison passée et déjà meilleur buteur cette saison, pourrait aussi avoir bientôt sa chance aux échelons supérieurs. Le National est tout simplement un dénicheur de talents, et rien ne fait plus plaisir que d’avoir découvert une pépite avant tout le monde.

Des parties tendues et du suspense jusqu’au bout

Un tournoi de poker n’est jamais terminé jusqu’au dépôt de la dernière carte. Les joueurs s’affrontent durant des jours et des jours et, à la fin, ils ne sont plus que 2 à s’affronter pour la victoire finale. Et c’est là que les coups les plus incroyables arrivent, avec une carte finale qui vient servir le joueur le plus mal en point et renverser totalement la situation. Voilà ce qui attire un public toujours plus nombreux à regarder des tournois de poker. Et c’est ce même suspense tout au long d’une longue saison qui devrait attirer le public vers le National.

En effet, les clubs s’affrontent des mois durant pour espérer terminer dans les trois premiers du classement et, comme au poker, tout finit par un duel fratricide entre le 3ème de National et le 18ème de Ligue 2. Et quel meilleur exemple du suspense incroyable de ces derniers matchs que le barrage de l’an passé entre Le Mans et le Gazélec d’Ajaccio, où Le Mans a fini par gagner sa place en Ligue 2 grâce à un retourné acrobatique de son attaquant à la toute dernière seconde. C’est bien autant d’émotions qu’un As qui change tout à la river du dernier coup du World Poker Tour.

En résumé, entre des amateurs talentueux, de futures stars et d’anciennes gloires, un suspense au long court et un final toujours anthologique, un tournoi de poker et le championnat National sont très similaires et méritent tous deux notre attention et notre passion.

PARTAGER