Pierre Aristouy va connaître une évolution dans sa carrière de technicien en signant au FC Nantes.
Pierre Aristouy va connaître une évolution dans sa carrière de technicien en signant au FC Nantes. (Photo F. Cuvelier - FC Nantes)

Après cinq saisons à la tête du Stade Montois, Pierre Aristouy a quitté son club de cœur pour celui qui l’avait lancé dans le monde professionnel, le FC Nantes.

C’est comme la suite d’une belle histoire qui recommence. Natif de Mont-de-Marsan, Pierre Aristouy a quitté les Landes en 1994 pour intégrer le centre de formation du FC Nantes. Revenu dans le club de sa ville en 2010 comme joueur pendant deux ans puis comme entraîneur (2012-2017), l’ex-attaquant a refait le chemin vers la Cité des Ducs cet été pour prendre en main l’équipe réserve (National 3).

« C’est une première étape dans ma carrière d’entraîneur, explique-t-il. J’avais embrayé juste après avoir arrêté de jouer en prenant le Stade Montois. On est monté en régime durant cinq ans avec cette belle deuxième place en CFA la saison dernière. » Et le FC Nantes l’a contacté. « Sam (Samuel Fénillat le directeur du centre, N.D.L.R.) m’avait sondé au mois d’avril sans me parler d’équipes en particulier puis je n’ai plus eu de nouvelles jusqu’à la fin du championnat. C’était une bonne surprise. Puis début juin, ils sont venus me voir à Mont-de-Marsan. »

« On sent une âme à la Jonelière ! »

Proposition en poche, la décision de quitter sa ville natale n’a pas été facile à prendre. « C’était forcément compliqué car je suis bien encré dans le club et dans la ville, avec des résultats à la clé, souligne Pierre Aristouy. La problématique de redescendre d’un niveau ne s’est pas posée. C’était surtout l’occasion de retrouver le monde professionnel, d’intégrer un centre de formation. » Et par n’importe lequel ! « J’ai vécu beaucoup de belles choses au FC Nantes donc le choix a été facilité, précise-t-il. Je suis venu durant trois jours et je n’étais pas perdu. On sent une âme à la Jonelière ! »

Et surtout le Montois n’aura pas d’objectif immédiat de remonter en National 2. « On ne m’a rien demandé, assure-t-il. Je souhaiterais bien sûr que l’équipe réserve retrouve le National 2. Mais les résultats sont la conséquence du travail. Il faut être exigeant dans ce que l’on fait ! On a de la qualité mais il ne faudra pas se focaliser sur le classement. » Pierre Aristouy est déjà entré dans ses fonctions à quelques jours de la reprise, le lundi 10 juillet.

PARTAGER