« Très cher Pascal Dupraz. Je me sens obligé d’écrire quelque chose à ton sujet car visiblement tu passes pour un Dieu aux yeux de tous. J’aimerais faire un bref retour sur mon passage à Evian, trois ans de pur bonheur où j’ai adoré tout le monde sauf une seule personne… toi ! »

La sortie de Nicolas Farina sur les réseaux sociaux à propos de Pascal Dupraz n’est pas passée inaperçue. Comme l’attaquant du SO Cholet, ils sont plusieurs joueurs ou entraîneurs du Grand Ouest à avoir connu le technicien toulousain lors de leur passage au FC Gaillard, au FC Croix de Savoie ou à Evian Thonon Gaillard. Et leurs avis sur le « sorcier savoyard » n’est pas forcément celui dépeint dans les médias.

« Je me doute qu’il ne fait pas l’unanimité, ajoute le Choletais Guillaume Rippert qui était avec Nicolas Farina à Evian de 2009 à 2012. Il n’a pas été cool avec moi au départ, ça a été chaud, mais au final on a appris à se connaître et ça c’est bien terminé. On s’appelle même parfois ! »

« Pascal est capable de t’emmener n’importe où ! »

Quatre autres joueurs étaient en même temps avec Pascal Dupraz en Haute-Savoie : Jérôme Adam, Frédéric Lemasson, Sébastien Le Paih et Valérian Peslier C’était en 2004-2005.

« Ça s’est très bien passé pendant un an et demi, il était d’ailleurs caution pour mon appartement, se rappelle le dernier, aujourd’hui entraîneur à l’US La Baule Le Pouliguen (DRS Atlantique). La deuxième année, ça s’est de plus en plus mal passé puis ça s’est très mal terminé lorsque j’ai signé à Sète. »

Frédéric Lemasson a joué en Haute-Savoie sur la même période que Valérian Peslier. Et il n’est pas étonné du sursaut de Toulouse en Ligue 1. « La causerie qu’on voit en boucle, on l’a tous connu, souligne l’entraîneur de La Haie-Fouassière (DRH Atlantique). Je me rappelle de notre premier match de la saison à Tours. Quand on est sorti de la salle, on aurait mangé un Tourangeau s’il s’était présenté devant nous ! Pascal est un meneur d’homme qui est capable de t’emmener n’importe où. Mais avec lui, c’est blanc ou noir, il n’y a pas de gris. Il est extrémiste en tout ! »

« Il est souvent dans les extrêmes. »

Sébastien Le Paih, qui joue encore à la JSC Bellevue (DRH Atlantique), ne l’a fréquenté qu’une seule saison (2004-2005) mais il s’est aussi forgé une opinion… contradictoire. « Pascal ne laisse jamais insensible ! C’est un vrai passionné. Tous ses joueurs ont eu leurs périodes « fiston » et « vilain petit canard ». Mais il peut être complètement déroutant et te faire dresser les poils lors d’une causerie. Il est souvent dans les extrêmes. »

Celui qui le connait le mieux est sans conteste Jérôme Adam, retraité des terrains depuis la fin de saison dernière, qui est resté quatre saisons en Haute-Savoie (2002-2006). « On s’appelle de temps en temps et on se voit dès qu’il vient dans le coin, raconte l’ex-Lavallois et Choletais. Je l’ai eu au téléphone la semaine dernière, il m’a mis des places de côté pour aller voir le match à Angers. J’ai ensuite vu la causerie sur Canal et ça ne m’a pas étonné. J’ai rarement côtoyé quelqu’un comme lui ! »

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, Pascal Dupraz est un personnage attachant… mais avec un caractère bien prononcé. « Ça passe ou ça casse ! » concluent les quatre Nantais.

PARTAGER