« Très cher Pascal Dupraz. Je me sens obligé d’écrire quelque chose à ton sujet car visiblement tu passes pour un Dieu aux yeux de tous. J’aimerais faire un bref retour sur mon passage à Evian, trois ans de pur bonheur où j’ai adoré tout le monde sauf une seule personne… toi ! »

La sortie de Nicolas Farina sur les réseaux sociaux à propos de Pascal Dupraz n’est pas passée inaperçue. Comme l’attaquant du SO Cholet, ils sont plusieurs joueurs ou entraîneurs du Grand Ouest à avoir connu le technicien toulousain lors de leur passage au FC Gaillard, au FC Croix de Savoie ou à Evian Thonon Gaillard. Et leurs avis sur le “sorcier savoyard” n’est pas forcément celui dépeint dans les médias.

« Je me doute qu’il ne fait pas l’unanimité, ajoute le Choletais Guillaume Rippert qui était avec Nicolas Farina à Evian de 2009 à 2012. Il n’a pas été cool avec moi au départ, ça a été chaud, mais au final on a appris à se connaître et ça c’est bien terminé. On s’appelle même parfois ! »

« Pascal est capable de t’emmener n’importe où ! »

Quatre autres joueurs étaient en même temps avec Pascal Dupraz en Haute-Savoie : Jérôme Adam, Frédéric Lemasson, Sébastien Le Paih et Valérian Peslier C’était en 2004-2005.

« Ça s’est très bien passé pendant un an et demi, il était d’ailleurs caution pour mon appartement, se rappelle le dernier, aujourd’hui entraîneur à l’US La Baule Le Pouliguen (DRS Atlantique). La deuxième année, ça s’est de plus en plus mal passé puis ça s’est très mal terminé lorsque j’ai signé à Sète. »

Frédéric Lemasson a joué en Haute-Savoie sur la même période que Valérian Peslier. Et il n’est pas étonné du sursaut de Toulouse en Ligue 1. « La causerie qu’on voit en boucle, on l’a tous connu, souligne l’entraîneur de La Haie-Fouassière (DRH Atlantique). Je me rappelle de notre premier match de la saison à Tours. Quand on est sorti de la salle, on aurait mangé un Tourangeau s’il s’était présenté devant nous ! Pascal est un meneur d’homme qui est capable de t’emmener n’importe où. Mais avec lui, c’est blanc ou noir, il n’y a pas de gris. Il est extrémiste en tout ! »

« Il est souvent dans les extrêmes. »

Sébastien Le Paih, qui joue encore à la JSC Bellevue (DRH Atlantique), ne l’a fréquenté qu’une seule saison (2004-2005) mais il s’est aussi forgé une opinion… contradictoire. « Pascal ne laisse jamais insensible ! C’est un vrai passionné. Tous ses joueurs ont eu leurs périodes “fiston” et “vilain petit canard”. Mais il peut être complètement déroutant et te faire dresser les poils lors d’une causerie. Il est souvent dans les extrêmes. »

Celui qui le connait le mieux est sans conteste Jérôme Adam, retraité des terrains depuis la fin de saison dernière, qui est resté quatre saisons en Haute-Savoie (2002-2006). « On s’appelle de temps en temps et on se voit dès qu’il vient dans le coin, raconte l’ex-Lavallois et Choletais. Je l’ai eu au téléphone la semaine dernière, il m’a mis des places de côté pour aller voir le match à Angers. J’ai ensuite vu la causerie sur Canal et ça ne m’a pas étonné. J’ai rarement côtoyé quelqu’un comme lui ! »

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, Pascal Dupraz est un personnage attachant… mais avec un caractère bien prononcé. « Ça passe ou ça casse ! » concluent les quatre Nantais.

PARTAGER