Omar Benzerga a peut-être loupé une très belle carrière. (Photo Jérôme Bouchacourt)

L’ancien joueur de Lille et Nantes a donné une longue interview à nos confrères de So Foot. A 29 ans, il a signé dans un club de quartier en District.

Après avoir participé à la remontée du SO Châtellerault en National 3, Omar Benzerga a décidé de quitter le club à l’intersaison pour signer au FC Ozon en… Première division de District. A 29 ans, l’ex-prodige formé au Lille OSC a décidé de privilégier le plaisir.

« Revenir dans le club de mon quartier d’enfance, c’était un joli clin d’œil, a confié le milieu de terrain dans une longue interview à nos confrères de So Foot. Ils ont une philosophie qui me correspond, ils font sortir les jeunes du quartier, ils leur font comprendre que ce sont des bons footballeurs, mais surtout des bons gars : et ça, ça me donne un plaisir fou. C’est aussi pour ça que je suis revenu au niveau amateur. »

« Le président Kita m’oblige à reprendre. »

Ce retour dans son quartier de La Plaine d’Ozon, à Châtellerault, marque la fin de nombreuses années d’errance depuis son départ vers le centre de formation de Lille en 2005. Passé pro à 17 ans, Omar Benzerga était considéré comme un grand espoir du football français (40 sélections en jeunes). « Pour reprendre les mots de Jean-Michel Vandamme, directeur du centre, il disait que j’étais avec Eden Hazard le meilleur joueur qu’il avait vu chez les jeunes au LOSC, se rappelle-t-il. Mais aujourd’hui, il y en a un qui est au Real Madrid, et l’autre à Ozon. »

Car ensuite son parcours a été semé d’embûches. Alors qu’il devait signer à l’Olympique Lyonnais, où Claude Puel voulait le faire venir, il prend finalement la destination du FC Nantes. Blessé lors du premier match de Ligue 2, il avoue que « malgré une déchirure à l’ischio, le président Kita m’oblige à reprendre parce que l’équipe avait besoin de moi ». Sa saison sera très compliquée avec de nombreuses blessures.

« J’ai toujours été mal conseillé ! »

Puis arrive cette deuxième saison avec le fameux tournoi de sixte de La Haie-Fouassière le 9 avril 2013. « À la fin d’un match, ça dégénère avec l’équipe adverse, j’y vais pour séparer, et un mec en face de moi me met une gifle, m’insulte, raconte-t-il à So Foot. Donc je rends le coup, le gars tombe… Derrière, il porte plainte et c’est là que j’apprends que c’est un arbitre. Je ne le savais pas, il était en tenue civile. » Suspendu trois ans par la FFF – une sanction finalement réduite à un an et deux ans avec sursis – il a été licencié par le FC Nantes avant de jouer en Algérie ou encore en Belgique.

Aujourd’hui, il revient avec réalisme sur sa carrière ratée. « J’ai toujours été mal conseillé. Encore aujourd’hui, j’ai du mal à accepter ce qu’il m’est arrivé. J’ai raté de très belles choses. J’ai beaucoup de regrets, et ce serait mentir de dire l’inverse.  Depuis que je suis jeune, on m’a toujours dit que j’étais le plus beau, le meilleur, le ci, le ça. J’y ai cru. Et du jour au lendemain, on te dit que tu es un voyou. Comment tu veux surmonter ça ? Ça fait très mal. » Il faut à présent espérer que l’ex-prodige se fera plaisir avec le club de son quartier.

PARTAGER