Henri Monteil a dû s'expliquer sur la tenue d'une réunion au siège de la Ligue à Puymoyen.
Henri Monteil a dû s'expliquer sur la tenue d'une réunion au siège de la Ligue à Puymoyen. (Photo LCO)

Le procès-verbal du dernier comité de direction de la Ligue de Nouvelle Aquitaine montre une certaine animosité entre les trois candidats déclarés.

Le 14 novembre dernier, un comité de direction de la Ligue de Nouvelle Aquitaine s’est tenu au Haillan. Le président Amador Carreras a fait état de courriers envoyés par Saïd Ennjimi, candidat à la présidence de la nouvelle Ligue. L’arbitre international demandait « des explications quant à la tenue d’une réunion de membres de l’ancien comité de direction du Centre Ouest au siège de la Ligue Nouvelle Aquitaine le 5 novembre, en présence de M. Dorain, actuel président de la commission de surveillance des opérations électorales et ce à l’initiative d’Henri Monteil. »

Jean-Michel Larqué, président du District des Pyrénées-Atlantique, a ainsi interpellé Amador Carreras sur la tenue de cette réunion avec des anciens élus du Centre Ouest dans les locaux de la Ligue avec à l’ordre du jour « Les perspectives d’avenir ». « La neutralité, l’impartialité, le droit de réserve bafoués par le président de cette commission obligent à s’interroger sur la poursuite de sa mission, a souligné l’ex-international tricolore. Les bases même de l’esprit associatif ayant été piétinées, quelle suite comptes-tu y donner ? Sachant qu’inaction de ta part équivaudrait, ce que je n’ose imaginer, à une complicité. »

« Le terme abus de confiance employé par Saïd Ennjimi ! »

Amador Carreras a répondu qu’il avait appris la tenue de cette réunion dans le courrier de Saïd Ennjimi. Il a donc demandé des explications à Henri Monteil, président délégué de Nouvelle Aquitaine et ex-président du Centre Ouest. Celui-ci s’est étonné qu’une telle réunion puisse être interdite car selon lui, « les membres de l’ancien comité de direction peuvent continuer de se réunir, il s’agissait d’une réunion de bilan informelle et non une réunion de campagne ».

Le trésorier Dominique Debreyer a ensuite alerté sur « le caractère très sérieux de la situation puisque le terme abus de confiance a été employé par Saïd Ennjimi ». Après avoir consulté le service juridique de la FFF, le comité de direction a décidé de ne pas maintenir Serge Dorain dans la commission de surveillance électorale. Le siège de la Ligue Nouvelle Aquitaine, à Puymoyen (Charente) ne pourra plus servir pour de possibles réunions électorales. La guerre est déclarée entre les trois candidats (Monteil, Carreras et Ennjimi) avant les prochaines élections du 22 janvier prochain… et les rebondissements devraient encore être nombreux !

SHARE