Nourredine El Ouardani
Nourredine El Ouardani estau club depuis dix ans. (Photo Tours FC)

Alors que le Tours FC va évoluer en National 3, après appel auprès de la DNCG, son entraîneur Nourredine El Ouardani nous a confié ses ambitions.

Nourredine, comment avez-vous accueilli la nouvelle de la DNCG ?

« Un soulagement que tout le travail qui a été fait en amont soit enfin récompensé, que ce soit sportivement ou administrativement ! »

Quel a été votre discours pour conserver une ossature au vu de l’annonce tardive de la montée en N3 ?

« J’accorde beaucoup d’importance aux relations humaines. On a été très transparent avec les joueurs, que ce soit moi ou le président délégué Richard Plantureux, en les tenants informés de chaque info ou évolution. Le club a tout fait pour avoir une décision avant le 15 juillet, date limite de mutation normale. Le groupe nous a fait confiance, que ce soit l’ossature déjà présente ou les recrues arrivées cet été. Des choix qui nous confirment aussi qu’on ne s’est pas trompé sur les valeurs humaines des hommes qu’on a conservé ou fait venir. Le fait d’avoir des garanties administratives a surement accéléré le recrutement. L’important maintenant est de se concentrer sur la saison à venir et de bien se préparer, avec beaucoup d’humilité et de détermination pour viser naturellement la montée en National 2. »

Nourredine El Ouardani : « Je pense que je suis un homme de club »

Attirer des profils tel que celui de Pereira Lage densifient le projet, non ?

« Avec Charly, on est resté en contact après la préparation qu’il avait fait avec nous l’été 2020, quand nous avions construit l’équipe pour évoluer en N2 avant que l’on soit définitivement interdit d’y accéder début août. C’est le moment où il nous avait quitté pour rejoindre le GFCA. On a toujours eu l’idée de travailler un jour ensemble d’autant que le mois de juillet 2020, nous avions réalisé une bonne reprise tous ensemble, que ce soit sur le plan sportif et humain. C’était donc un bon timing pour un retour au club ! Il m’a envoyé un message pour me féliciter une fois la décision de la DNCG tombée et là j’ai senti qu’il était dans la réflexion pour son avenir avec les différents projets qu’il avait. J’en ai profité pour lui parler du nôtre, qu’il connaît très bien d’ailleurs. »

C’est ce qui a fait la différence ?

« Ça s’est fait très vite à partir du moment où il y a une envie commune : que ce soit sur le projet du club ou celui du jeu de l’équipe. On est tous très content de l’avoir avec nous. Il va bonifier l’effectif mais il va également pouvoir se préparer aux échéances qui arrivent sous les couleurs du Tours FC. C’est également le cas pour Perraguin, présent aussi à l’été 2020, deux recrues qui connaissent la maison et qui nous permettront de gagner du temps à ce niveau-là. »

Vous entamez votre 10ème saison au club. Quel est le secret de votre longévité ?

« Je pense que je suis un homme de club, j’aime m’inscrire dans la durée, en témoigne ma longévité au TFC. Elle s’est en deux étapes : la première a été mon arrivée dans un club professionnel de 2013 à 2019 comme éducateur au centre de formation (U17, U19, N3 et un intérim en L2) avec de bons résultats dans l’ensemble avec les collègues de l’époque, Gilbert Zoonekynd et Cyrille Carrière, qui m’ont beaucoup appris. Ensuite, un deuxième volet s’est ouvert après le relégation sportive et administrative, de 2019 à aujourd’hui. Les décisions n’ont pas toujours été en votre faveur… Avec la charge de l’équipe une et l’ambition de remonter le club vers le monde pro, ça a été challenge excitant. D’ailleurs, on termine premier de National 3 pour accéder à la N2 dès la première saison en 2019/2020. »

« Il n’y avait pas le temps de se lamenter »

Mais la DNCG a de nouveau sanctionné le club…

« Malheureusement, la DNCG a refusé l’accession pour arrêter la saison en octobre 2020 à cause du Covid et prononcer une relégation administrative en Régional 1 contre toutes attente. Cette dernière a été la plus difficile à accepter mais il n’y avait pas le temps de se lamenter. Il fallait vite essayer de reconstruire une équipe pour arriver à réaliser cette performance lors du dernier exercice. Une chose possible grâce aux cadres du groupe que sont Jules Goda, Antoine Peron, Benjamin Tison et Manu Francois, seules recrues venues pour la N3 et restées pour la R1. »

Il faut aussi falloir affronter une nouvelle problématique avec le partage de votre stade. Qu’en pensez-vous ?

« Sur le fond il n’y a pas de problème. Il en en est du ressort des politiques si la municipalité est en capacité à fournir un terrain de qualité les week-ends ou mon équipe joue. C’est juste dommage de l’apprendre par une tierce personne quinze jours après que cela a été acté par la municipalité et le club de Joué-lès-Tours. On doit rester focus sur notre préparation pour faire une belle saison ! »

SHARE