Photo Adobe Stock

Ce billet d’humeur nous vient d’un joueur qui voit les difficultés à engager des équipes seniors dans son club de District, faute d’effectif.

« Je suis arrivé dans mon club en début de saison dernière. Celui-ci pensait à l’époque engager une équipe C, qui vivotait la saison précédente mais qui existait depuis la nuit des temps, mais il a dû désengager au dernier moment fin août. Moi qui comptais dessus pour avoir du temps de jeu alors que je débutais à 27 ans le foot à 11 avec zéro condition physique, il a fallu que je me batte pour gagner ma place en B, finalement avec succès (21 matches sur 25).

Pour la saison qui arrive, on n’a même pas de garantie pour faire repartir la B puisqu’on a un peu moins de 30 licenciés seniors aujourd’hui contre 40 l’année dernière et 52 il y a deux ans. Les performances jouent aussi puisque l’équipe fanion n’a pas réussi à remonter en D2 après deux descentes consécutives. Globalement, notre équipe est vieillissante car nous n’avons qu’une seule arrivée (un jeune, ouf) pour une dizaine de départs certains (arrêts, mutations pour jouer plus haut), alors que d’autres hésitent encore à continuer à cause de leur physique.

Le plus embêtant dans tout ça, c’est que le club se porte bien, fait des bénéfices, a une trésorerie saine, va engager une équipe U17 en entente pour la première fois (plus de déperdition de jeunes obligés de continuer le foot ailleurs), a globalement un bon comportement reconnu sur et hors terrain, mais nous n’attirons pas. Déficit structurel (pas de terrain synthétique ni de terrain éclairé, sinon un stabilisé en mauvais état, des problèmes de chauffage et de douche froide qui mettent beaucoup de temps à être résolus) par rapport à des clubs des communes avoisinantes qui jouent en Ligue, déficit de communication (nouveau référent en la matière, j’y travaille), les jeunes qui vivent davantage en ville et qui préfèrent jouer en ville, les causes sont multiples mais il est certain que si la B disparaît, la question de la fusion devra se poser.

Pour les fusions de manière générale, il semble que le mouvement se soit accéléré ces dernières années. Les communes nouvelles semblent également pousser les clubs à fusionner pour n’en avoir qu’un seul à entretenir. Pour notre cas, il y a cinq clubs sur le territoire de la commune nouvelle, dont deux hiérarchiquement supérieurs au nôtre. Il n’y aura donc aucune volonté politique pour nous sauver si on périclite et notre club pourrait donc disparaître. En tout cas, notre équipe première jouera bien la Coupe de France dimanche et on espère bien créer l’exploit face à une D1. »


Un grand merci à Clément pour ce témoignage. Si vous voulez aussi vous nous apporter les vôtres sur les difficultés au quotidien dans vos clubs, contactez-nous par mail à redaction@footamateur.fr ou via notre page Facebook.

PARTAGER