Comment as-tu préparé ton après carrière professionnelle ?
« Quand tu es joueur pro, arrive un moment où tu penses forcément à ta reconversion. De mon côté, j’ai suivi une formation dans le domaine du Management sportif. Ma carrière de joueur professionnel s’est arrêtée en 2009, après ma dernière saison au Vannes OC. Ensuite, j’ai continué à m’entraîner avec le club de l’USJA Carquefou, qui évoluait à l’époque en CFA, avant de prendre une licence et de prendre part aux compétitions officielles pendant plus d’une saison.
Lors de la saison 2012-2013, je me suis engagé auprès du SO Cholet par l’intermédiaire de Charles Devineau, qui était l’entraineur principal du club. C’est à cette période que j’ai rencontré Régis Vincenot, patron du Groupe RGV, et qui était président du club. Avec Régis, nous nous sommes tout de suite très bien entendus et il m’a finalement proposé de l’accompagner sur le projet L’Autre Usine. Il s’agissait pour moi d’une très belle opportunité dont j’ai pu bénéficier grâce au football. »

C’est donc un projet qui a été mûrement réfléchi ?
« J’ai d’abord travaillé en tant que chef de projet pendant environ quatre ans. Aujourd’hui, je suis co-gérant du complexe en compagnie d’Olivier Vincenot (fils de Régis Vincenot, N.D.L.R.). D’un point de vue personnel, c’est une formidable aventure. J’ai découvert un domaine dans lequel je ne connaissais rien et qui est devenu une véritable passion. J’ai suivi la meilleure des formations possible en prenant part à la réalisation de ce projet ! »

« Prochainement, un championnat de Foot à 5. »

Peux-tu nous expliquer ce qu’est exactement L’autre Usine ?
« Il s’agit d’un complexe de loisirs et de sports de 16 000 m², situé dans le centre de Cholet (Maine-et-Loire) dans un seul et même bâtiment. Au total, l’ensemble de l’investissement s’est élevé à 13 millions d’euros, entre l’acquisition du terrain, les bâtiments et l’installation des panneaux photovoltaïques, et nous sommes une équipe de 25 personnes.
Au niveau des activités, elles sont organisées entre le pôle Lloisirs avec une pistes de Karting, seize pistes de Bowling, un espace Laser Game de 450 m² ; et le pôle Sports avec un terrain de basket 3×3, deux terrains de badminton, deux terrains de padel, quatre terrains de squash et trois terrains de Foot à 5. Nous proposons aussi trois salles de séminaires, dont une salle plénière de cent places, ainsi qu’une salle de réception de 600 m² pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes. »

Comment s’est déroulée l’ouverture d’un tel complexe ?
« Les débuts sont encourageants que ce soit en termes de fréquentation ou en termes de chiffres. De plus, les retours sont excellents. Nous allons faire en sorte que cela se poursuive ainsi en essayant d’apporter régulièrement des nouveautés. Au niveau du Foot Indoor, nous allons prochainement créer un championnat et axer le développement des tournois pour les licenciés et non-licenciés, mais aussi pour les entreprises. De plus, nous proposons différentes offres dédiées aux clubs et aux associations. »

« Je n’ai pas dit adieu au rectangle vert ! »

Et côté football, tu continues toujours à jouer ?
« Mener ce projet à bien m’a pris énormément de temps et d’énergie. Il était donc difficile pour moi de m’investir dans un club en parallèle même si j’ai évolué pendant deux saisons sous les couleurs du le FC Nord 17, mon premier club. En tout, j’ai dû jouer à peine une vingtaine de matchs sur les deux saisons. Mon investissement au niveau du football était vraiment minime mais ça m’a permis de jouer avec certains de mes amis d’enfance. »

As-tu envie de rechausser les crampons ?
« Un retour dans le football ? On verra en temps voulu, selon les opportunités. Je n’ai pas dit adieu définitivement au rectangle vert mais pour le moment je suis concentré sur ce projet professionnel qui me passionne et pour lequel je suis totalement impliqué. Aujourd’hui, je garde le lien avec le foot en suivant mon fils qui joue en U10 dans un club de la région nantaise.
Je suis très régulièrement en contact avec mes ex-coéquipiers, qui pour certains, sont aussi mes amis comme Frédéric Da Rocha ou Mickael Landreau. Tu vois par exemple, j’ai eu la chance d’assister à la finale du Top 14 au Camp Nou récemment, c’était un cadeau de Micka. Et puis, ils ont aussi répondu présents lorsque je les ai invités pour l’inauguration du complexe. C’est toujours un plaisir de se retrouver. »

PARTAGER