Villefranche - QRM (3) (Sulyvan Manfroi)
Quevilly-Rouen Métropole (Photo Sulyvan Manfroi)

En s’imposant 3-1 sur la pelouse du stade Armand-Chouffet, l’équipe de Quevilly Rouen Métropole a pris une sérieuse option pour son maintien en Ligue 2. Au terme de cette première manche, les hommes de Fabien Mercadal ont le sentiment du devoir accompli. A l’image du gardien Nicolas Lemaître auteur d’une double parade décisive à la fin de la rencontre, qui s’est exprimé au micro de Bein Sports.

La saison des Normands, 18èmes de Ligue 2, a été compliquée. Mais dans le Rhône, ce mardi soir, il avait de quoi retrouver un peu le moral. Pour le portier Nicolas Lemaître, cela s’est surtout passé dans la tête : « On sait qu’on traverse une période difficile. Il faut un groupe uni. On a fait des stages de cohésion qui ont permis de ressouder le groupe. Chacun a donné ce qu’il avait au fond de lui, on est content que tout le monde est répondu présents ce soir »

« Je n’ai pas vraiment touché le ballon »

Ce mental, il a su en faire preuve tout au long d’un match pas évident à gérer. « Je n’ai pas eu d’occasion de vraiment me mettre en valeur. Ils ont un penalty et une barre. Je n’ai pas vraiment touché le ballon. »… Jusqu’en toute fin de match ! Sur un centre, Simon Elisor est trouvé de la tête. Nicolas Lemaître s’impose une première fois, remettant le ballon en jeu. En renard des surfaces, l’attaquant caladois bondit et frappe à bout portant. C’était sans compter sur le portier formé à Reims qui une nouvelle fois s’impose magnifiquement. « Je suis resté concentré jusqu’au bout pour l’équipe. Je suis content d’avoir pu sauver ce dernier but. ».

Grâce à ce sauvetage, les Normands compteront deux buts d’avance avant le match retour devant leur public. Une rencontre que personne ne prend à la légère après cette victoire comme le rappelle le gardien numéro 1. « Maintenant on est lucide, on sait que ça peut remonter à tous moments. On a fait la première moitié du boulot, maintenant il restera la deuxième partie à faire ».

Avoir conscience des forces adverses

Si les pensionnaires de National ne se sont pas montrés très précis dans les derniers gestes, ce n’est pas pour autant qu’il faut sous-estimer leurs attaquants. « Ils sont dangereux. Ils prennent bien la profondeur. Quand on est concentré 90 minutes on voit que ça fait l’affaire. Mais dès qu’on se loupe un peu il y a des buts comme avec le penalty. »

D’un côté comme de l’autre, les deux clubs sont impatients d’en découdre dimanche afin de savoir qui de Quevilly Rouen Métropole ou du FC Villefranche Beaujolais atteindra évoluera dans l’antichambre de l’élite la saison prochaine.

SHARE