Nicolas Guibal attend le début de saison avec impatience. (Photo Philippe Le Brech)

S’ils n’ont pas été épargnés lors de cette préparation estivale (joueurs positifs à la Covid-19, matchs annulés), Nicolas Guibal et ses joueurs sont impatients de démarrer la saison de National. Le coach du FC Sète 34, promu après une superbe saison dernière, fait le point à quelques jours de la reprise officielle du championnat.

Nicolas, comment vivez-vous cette fin de préparation ?

« C’est bizarre, elle a été tellement tronquée avec les annulations et les pépins physiques. Je ne ressens pas encore cette adrénaline qui arrive quelques jours avant la reprise. Après, même si nous n’avons pas pu aller au bout de tout ce que l’on souhaitait faire, les garçons ont très bien travaillé. C’est assez atypique de finir une préparation de cette manière, mais il faut maintenant se concentrer sur le jeu et espérer que nous puissions rapidement être dedans, et ce dès ce week-end. Enfin, il va falloir que j’apprenne à dire le vendredi désormais (rires). »

Malgré toutes ces difficultés, êtes-vous satisfait de ce qu’ont montré vos joueurs ces dernières semaines ?

« Franchement, oui. J’ai, par exemple, été agréablement surpris de l’adaptation des nouveaux. Dès le premier match de préparation face à Toulon, les recrues se sont parfaitement fondues dans le collectif, c’est vraiment intéressant quand on démarre une saison. Et puis, j’ai pu voir, assez rapidement, des choses très cohérentes dans le jeu et la solidité défensive. Je regrette simplement que nous n’ayons pas pu avoir réellement de continuité sur deux mi-temps. Contre Montpellier par exemple, nous faisons une magnifique première période. »

À quelques jours du premier match de la saison, avez-vous votre équipe en tête ?

« On va dire que le squelette est assez clair, en espérant que je n’ai pas de mauvaise surprise d’ici vendredi. La problématique que l’on a aujourd’hui, c’est que beaucoup de joueurs n’ont pas un match complet dans les jambes. C’est ce qui est assez paradoxal et difficile alors que nous arrivons en fin de préparation. Aujourd’hui, nous sommes davantage dans la prévention pour éviter les pépins physiques. »

(Photo Philippe Le Brech)

« Nous partons un peu dans le flou ! »

Comment voyez-vous cette saison en National ?

« Sincèrement, je ne peux pas encore répondre à cette question. Même si j’ai vu beaucoup de matchs de National, je n’ai pas vraiment d’indicateurs sur ce que nous allons rencontrer. Les images, c’est une chose, mais l’intensité et la réalité du terrain en sont une autre. Aujourd’hui, il est encore difficile de se projeter, nous partons un peu dans le flou. Je pense que ce sont les premiers matchs qui nous guideront et nous permettront d’en savoir plus sur nos possibilités et celles de nos adversaires. »

À titre personnel, êtes-vous impatient de retrouver la compétition ?

« Oui, c’était un rêve d’arriver à ce niveau-là. Je suis très excité et un peu anxieux. Après, quand je vois l’état d’esprit et l’envie du groupe, je me dis que nous avons quelques certitudes. J’ai hâte d’y être. »

Avec un premier déplacement sur la pelouse du Stade Briochin, un autre promu…

« Tout à fait. Comme nous, ce sera une équipe qui démarrera avec beaucoup d’envie, devant son public. Elle essaiera sûrement de nous mettre une grosse pression. Nous irons avec l’idée de ramener au moins un match nul et la ferme intention de faire un résultat. Ce sera difficile, on le sait, mais nous serons très motivés pour bien démarrer la saison. »  

SHARE