Dimanche matin, l’ambiance était plutôt joyeuse à la Jonelière. Guillaume Rippert et Nicolas Farina discutaient le long de la main courante sur le terrain synthétique situé au fond du centre de formation pendant que leurs nouveaux coéquipiers affrontaient la réserve du FC Nantes.

Tous les deux légèrement blessés au mollet, les deux joueurs ont un parcours presque identique depuis sept ans. « En fait, il faudrait que Nicolas arrête de me suivre ! » lâche le Parisien Rippert avec un grand sourire. Arrivés ensemble à Evian Thonon Gaillard à l’été 2009, ils vont participer aux deux accessions consécutives de National à Ligue 1. Puis le défenseur et l’attaquant se retrouvent prêtés à Energie Cottbus en Deuxième division allemande (2012-2013). 

Ils vont se perdre de vue durant deux ans – Stade Lavallois (Ligue 2) et Lausanne Sports (L1 suisse) pour Rippert, une deuxième saison à Cottbus puis RFCU Luxembourg pour Farina – avant de se retrouver de nouveau au début de l’actuelle saison au FC Petrolul Ploiești, en Roumanie. Une expérience qui a tourné court « les contrats ayant été résiliés pour faute de règlement des salaires ».

« L’objectif est d’être prêt pour Concarneau ! »

Mais comment ces deux joueurs qui comptent plus de 150 matchs en pro ont-ils atterri à Cholet, en CFA ? « C’est un concours de circonstance, explique Nicolas Farina. Après la résiliation de mon contrat, j’ai eu le président du SOC (Benjamin Erisoglu, N.D.L.R.) au téléphone. J’ai beaucoup aimé son discours. » Le cheminement a été le même pour Guillaume Rippert. « J’ai des amis qui jouent au club, j’ai donc rencontré le président. Il m’a expliqué le projet. J’ai eu envie de m’investir comme ce fut le cas à Evian. A 30 ans, j’avais envie de me poser. »

Surtout que les deux faux jumeaux avaient le choix entre plusieurs propositions. « On m’avait critiqué quand j’étais parti à Evian, en National, alors que j’avais des propositions en Ligue 2, se rappelle Farina. On est un peu dans la même situation à Cholet avec un projet ambitieux. » Son acolyte assure « ne pas avoir hésité longtemps car c’est un projet sur plusieurs années ». Avec un pied à terre dans la région nantaise, Guillaume Rippert a donc choisi « la stabilité familiale au détriment de nouvelles destinations exotiques ».

Les deux compères vont reprendre l’entraînement cette semaine avec « l’objectif d’être prêt pour le prochain match chez le leader Concarneau le 23 janvier ». Histoire de bien débuter cette nouvelle aventure !

PARTAGER