Nicolas Cloarec
Nicolas Cloarec, l'entraîneur du Stade Plabennec. (Photo Philippe Le Brech)

Après un burn-out, Nicolas Cloarec avait décidé de quitter son club de toujours l’US Concarneau en 2018. L’entraîneur est désormais en pleine renaissance du côté du Stade Plabennecois, en National 3.

C’est un homme d’expérience qui est arrivé sur le banc de Plabennec. Ancien joueur professionnel de Ligue 1 et de Ligue 2 et également ancien coach de l’US Concarneau en National durant plusieurs saisons, Nicolas Cloarec a quitté l’US Montagnarde cet été pour rejoindre l’ancien pensionnaire de National 2 au milieu du mois de mai. Un choix qu’il ne regrette pas.

« Je cherchais à me projeter au sein d’une structure sportive d’un niveau supérieur, affirme Nicolas Cloarec. Je ne regrette pas mon choix, avec tout le respect que je dois à l’US Montagnarde. Lorsque les discussions arrivent avec Plabennec, je voulais retrouver une N2. C’est un choix sportif et également familial. Je suis content d’être ici. »

Concarneau plus qu’une ville pour Nicolas Cloarec !

La Bretagne est ancrée dans sa peau. Depuis sa reconversion au poste d’entraîneur du côté de l’US Concarneau en 2008, Nicolas Cloarec n’a jamais quitté sa région d’origine. « La Bretagne est une terre de football, confie l’ancien coach de l’AS Vitré. Ce sport, c’est mon travail et c’est une région à laquelle je suis attaché. Je suis né ici. »

Que ce soit en tant que joueur ou entraîneur, un club a particulièrement marqué sa carrière : l’US Concarneau. Avant de rejoindre Clermont, Lorient ou encore Caen, l’ancien milieu de terrain a fait ses premières gammes du côté du club finistérien avant d’y revenir entre 2005 et 2008 en tant que joueur puis dans la peau de coach durant dix ans entre 2008 et 2018.

« Concarneau restera toujours mon port d’attache, reconnaît Nicolas Cloarec. J’ai toujours eu une connexion forte avec cette ville. Je suis né là-bas. Après la non-prolongation de mon contrat à Clermont, je suis revenu à Concarneau et je n’ai pas de regrets. Ma femme ne regrette pas de m’avoir suivi en Bretagne. Elle est épanouie et je ne suis pas sûr qu’elle ait envie de quitter la Bretagne, non plus. »

Nicolas Cloarec : « Concarneau a évolué et grandi grâce à la Coupe de France »

En 2016, c’est l’heure de la consécration. Après une saison bouclée à la première place du groupe A de National 2, avec un total de 86 points, l’US Concarneau retrouve après vingt ans de disette le championnat de National. Pourtant, ce n’est pas le meilleur souvenir de Nicolas Cloarec avec le club concarnois.

« Mon meilleur moment avec Concarneau sera quand le club deviendra professionnel, explique le technicien de 45 ans. Je me suis inscrit dans une démarche du développement du club et de produire du bon football. L’USC a évolué et grandit grâce à la Coupe de France à l’exemple de Guingamp. Si Stéphane Le Mignan arrive à faire monter le club en Ligue 2, je serai le plus heureux. Ma vision initiale serait à l’origine de cet aboutissement. C’est un projet de longue haleine mené par tous. »

Le départ de Concarneau, presque un soulagement pour Nicolas Cloarec

Mais son aventure avec son club de cœur n’aura pas été un long fleuve tranquille. Lors de sa dernière saison en 2018, le technicien ressent de la fatigue et de l’épuisement. Pour sa propre santé, il décide de mettre un terme à son histoire avec l’US Concarneau suite à un burn-out. « J’aurais pu répondre favorablement à d’autres propositions et planter le club mais ce n’était pas mon souhait, affirme-t-il. Je vivais une situation familiale compliquée. Mon épouse était engagée dans le remboursement de son affaire. Je me suis enfoncé jusqu’à cet arrêt. Ce départ, c’était presque un soulagement. »

Cet épisode est désormais derrière lui. Avec le temps et grâce à sa passion Nicolas Cloarec s’est reconstruit. « Il a fallu que je me régénère, se remémore l’ancien technicien de l’US Montagnarde. Cela est passé par beaucoup de sommeil. J’avais beaucoup de stress entre les déplacements et la vie de famille. Il faut tenir, faire face et ne pas lâcher. J’ai repris des projets qui m’ont permis de prendre confiance. À l’US Montagnarde et Plabennec, je me suis rendu compte que j’étais capable de faire gagner et avancer des projets autres que celui de Concarneau. »

Prochaine étape : intégrer un club professionnel ?

Une quatrième place au sein de sa poule de National 3 et une qualification pour les 16es de finale de la Coupe de France. Nicolas Cloarec s’est parfaitement adapté à sa nouvelle équipe et réalise de belles choses avec sa troupe. Titulaire du DEPF (Diplôme d’entraîneur professionnel de football), celui-ci ne se ferme pas à la porte à la découverte du monde professionnel.

« Pour l’instant, je suis concentré sur mon travail mais rejoindre un club professionnel reste une ambition, déclare-t-il. Les choses se feront dans les règles de l’art. Je n’ai pas envie de planter les gens qui m’ont fait confiance. Je veux continuer à faire fructifier mon expérience et le diplôme que j’ai obtenu au sein d’une structure professionnelle un jour. Mais il y a un marché et un tempo. C’est plus un travail d’agent. »

Actuellement, un départ n’est pas à l’ordre du jour et Nicolas Cloarec est focalisé sur les prochaines échéances de son équipe. Avant de préparer son match de gala en Coupe de France, contre Grenoble, Plabennec a rendez-vous avec le championnat, ce week-end contre la réserve du Stade Brestois.

SHARE