Nicholas Kashirahamwe, un joueur de Régional 3 en sélection du Burundi

Bannière stages Louza

Le football amateur regorge de talents méconnus et de joueurs persévérants, au parcours parfois atypique, mais qui s’accrochent fermement à leurs rêves. Nicholas Kashirahamwe (dit Nic’ Kashi’ pour ses proches) est de cette trempe là. A tout juste 22 ans, le défenseur central (ou latéral) qui porte les couleurs du FC Voiron Moirans, en Régional 3, vient d’être pré-sélectionné avec la sélection du Burundi. Et il espère bien ne pas s’arrêter là.

Le football dans la peau. Nic est d’abord un passionné. « Je joue depuis mon plus jeune âge, presque depuis que je suis né je dirais », sourit-il. Né au Burundi, le joueur, qui vient de célébrer ses 22 ans le 16 mars dernier, arrive au Canada à l’âge de 3 ans. Au pays du « soccer », il finit par intégrer une équipe universitaire à Ottawa.

Nicholas Kashirahamwe | Highlights 2019 |

C’est là qu’il fait la connaissance d’Anthony Juillard, directeur de l’AJ Football Camp, institution qui a pour but de faire émerger des jeunes joueurs basée à Voiron (38). « L’année dernière il est arrivé au sein de mon équipe universitaire en tant qu’entraîneur des gardiens. Il m’a parlé de son Académie et de son envie de m’y intégrer. J’ai accepté la proposition. J’ai fait des essais dans plusieurs clubs durant l’été 2020, puis j’ai intégré le FC Voiron Moirans. »

Promu en Régional 3, le club isérois (3 victoires lors des 3 matchs de championnat disputés avant l’arrêt des compétitions) offre à Nicholas un contexte familial épanouissant malgré la situation sanitaire qui le prive, comme tout le foot amateur, de compétition.
Le joueur et l’homme font de leur côté forte impression au FCVM comme l’explique Guy Midjo, le directeur sportif du club. «  Kashi est un joueur de très bon niveau. Il allie technique et agressivité. En plus d’être un très bon défenseur, c’est quelqu’un qui est poli et agréable. Une très bonne personne humainement. »

Des qualités qui remontent jusqu’à la sélection du Burundi qui vient de convoquer le jeune défenseur à un rassemblement de préparation aux prochains matchs des éliminatoires de la CAN2021. « J’étais très content quand j’ai appris la nouvelle. C’est un rêve d’enfant qui s’est réalisé. Mais c’est également un regain de motivation. Avec le Covid, on ne fait que s’entraîner, il n’y a pas de match. Donc ce stage me redonne de la confiance. C’est un accomplissement après beaucoup d’efforts. »

S’il a subi une petite blessure lors de ce rassemblement, il n’en garde que des bons souvenirs et surtout l’envie de rapidement y re-goûter. « J’ai subi une petite blessure au genou en faisant un faux mouvement lors d’un duel, donc je n’ai pas participé à l’entièreté du stage. En sélection, il ne faut pas aller trop vite, mais j’espère faire mon premier match sous les couleurs de mon pays d’origine. J’aimerais également faire partie du groupe pour la Coupe du Monde 2026 qui se joue aux États-Unis, au Mexique et au Canada, ça serait un rêve de gosse. beaucoup apprécié l’expérience et les entraîneurs sont satisfaits. Franchement, tout est positif, c’était ma première fois, je suis là pour apprendre. »

Pour son club et Guy Midjo cette convocation est « une immense fierté. Avec cet international, je pense que dans l’histoire, nous ne sommes pas loin de battre un record en R3. »

Même si le futur de Kashi’ s’inscrira certainement plus haut, il aura ainsi écrit quelques pages de l’histoire du club, même en cette saison très particulière. Et rappeler que croire en ses rêves est la première étape pour réussir à les réaliser. »

Vous pouvez retrouver l’entretien complet avec Nicholas Kashirahamwe chez notre partenaire Métro-Sports.

SHARE