Alain Pochat banc Villefranche
Alain Pochat et les caladois espèrent lancer une série avec le match à Concarneau. (Photo Philippe Le Brech)

En position de relégable, la formation d’Alain Pochat espère enfin lancer une série et laisser derrière elle les coups durs du début de saison. 

A l’arrêt depuis sa qualification sur la pelouse de Valence en coupe de France, le 17 octobre dernier, le FC Villefranche Beaujolais se déplace à Concarneau ce vendredi, pour le premier de ses cinq matchs du mois de novembre. En position de relégable, la formation d’Alain Pochat espère enfin lancer une série et laisser derrière elle les coups durs du début de saison. 

Avant de prendre la direction de la Bretagne avec ses protégés ce jeudi, le technicien caladois était en « visio conférence de presse » ce mercredi, pour s’adapter à la situation sanitaire du moment. Satisfait de pouvoir continuer la compétition – « c’est un soulagement et c’était important pour la gestion des joueurs » – et surtout d’avoir pu retrouver l’essentiel des forces vives de l’équipe.

« A 2-3 éléments près, quasiment tout l’effectif est désormais immunisé et plus contagieux. On devrait au moins être tranquille pour les prochains mois à ce niveau là. Le report du match de coupe nous a également permis de bien pouvoir travailler et préparer ce match à Concerneau. »

« Concarneau a retrouvé son ADN »

L’effectif du FCVB a gagné en consistance, même s’il reste encore quelques absents (Bonenfant et Dauchy blessés longue durée, Garita sur le retour, Jasse et Segbé Azankpo suspendus). Pas du luxe vu le programme des prochaines semaines. « On va enchaîner avec une calendrier très serré. C’est important pour nous d’avoir l’effectif le plus complet possible. Cela ne dérange en général pas les joueurs de pouvoir enchaîner les matchs mais de notre côté il faudra éviter d’avoir trop de blessés alors que les terrains vont commencer à devenir compliqués. »

Villefranche débutera son mois de novembre sur la pelouse de Concarneau, ce vendredi. Un adversaire sur lequel est revenu Alain Pochat. « Je connais bien leur entraîneur Stéphane Le Mignan, avec qui j’ai travaillé à Boulogne. Je trouve qu’avec lui Concarneau a retrouvé de son ADN, qu’elle avait peut être perdu ces dernières saisons, avec beaucoup de changements dans l’effectif. C’est une équipe difficile à battre, qui a fait un bon début de saison, qui a eu un petit coup de moins bien, mais qui est bien reparti. Face à Bourg-Péronnas ils ont été cohérents, solides. »

Méfiance, donc, du côté caladois, même si Concarneau sera privé d’un sérieux atout, son public, puisque la rencontre se déroulera à huis-clos. Avec déjà deux nuls et deux victoires en déplacement, sur cinq matchs disputés, le FCVB s’est montré plutôt à l’aise loin d’Armand-Chouffet depuis le coup d’envoi du National. Pour lancer ce mois de novembre capital sur de bonnes bases et prendre un peu d’air au classement, les Caladois savent ce qui leur reste à faire. Dès vendredi il leur faudra retrouver le rythme de la compétition.

PARTAGER