Les tribunes du stade Paul-Lignon seront pleines contre Boulogne. (Photo Cédric Méravilles / RAF)
(Photo Cédric Méravilles / RAF)

Après les accusations du journaliste Romain Molina, une enquête préliminaire a été ouverte par le Parquet de Paris. Les deux clubs ont réagi.

Le 23 mai dernier, Romain Molina avait créé le buzz sur sa chaîne You Tube en expliquant qu’il avait la preuve que les rencontres FC Sochaux-Montbéliard – Grenoble Foot 38, en Ligue 2, et Rodez Aveyron Football – Lyon-Duchère AS, en National, avaient été « arrangées ». A la suite de ces révélations, la FFF a ouvert une enquête administrative.

Mais le quotidien l’Equipe a révélé ce dimanche que le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire pour « escroquerie en bande organisée », « corruption active et passive », « blanchiment aggravé » et « association de malfaiteurs délictuelle ». C’est le Service central des courses et jeux (SCCJ) de la police judiciaire qui va gérer le dossier.

Vive réaction de Lyon-Duchère AS !

Du côté des clubs, cette affaire est très gênante. « Personne ne m’a appelé à ce sujet du côté des instances , a confié Pierre-Olivier Murat, le président de Rodez, à nos confrères de La Dépêche. Je ne me sens pas concerné. De toute façon, on ne peut pas parier en France sur le National. » Les deux rencontres incriminées n’étaient en effet pas ouvertes aux paris sportifs car elles étaient sans enjeu. Et l’Autorité de la régulation des jeux en ligne (Arjel) a assure que ces deux matches « n’ont pas suscité de prises de paris anormales à l’étranger ».

Ce lundi matin, le club de Lyon-Duchère a aussi réagi via un communiqué plutôt incisif. « Alors que cette affaire cause un préjudice à notre image, la ficelle nous parait un peu grosse, alors que nous avons affiché nos ambitions pour l’avenir avec le souhait de nous développer sur notre territoire. Dans l’attente d’éléments précis sur les faits allégués, nous demandons dorénavant de ne plus associer notre nom à cette rumeur infondée. Dans le cas contraire, nous nous réservons le droit d’entamer toute poursuite nécessaire afin de défendre notre intégrité et l’image de notre club. »

Le dossier est dans les mains de l’instance fédérale et de la justice. Il convient d’attendre les « preuves » que Romain Molina prétend avoir transmises. Des auditions auront sûrement lieu très rapidement afin de faire toute la lumière sur ces accusations… en sachant qu’il n’y a finalement aucun préjudice sportif ou de prises de paris anormales.


PARTAGER