Quelles sont les meilleures rillettes ? Celles de Tours, les plus anciennes, ou celles du Mans, les plus médiatiques. Présentation décalée du choc de National.

« Si nos amis tourangeaux veulent manger de vraies rillettes, on leur fera goûter avec grand plaisir ! » Fils et petit-fils de charcutier, Clément Coulon est aussi un fervent Support’R du Mans FC. Donc les rillettes, ça le connaît. Et cette rencontre le club de la Sarthe et celui d’Indre-et-Loire est très croustillante. D’une part car elle oppose deux équipes de haut de tableau en National. D’autre part car c’est un peu la guerre des rillettes entre les deux départements depuis près d’un siècle.

Petit cours d’histoire. Les rillettes sont apparues au XVe siècle en Touraine. Les rillettes de Tours sont d’ailleurs les seules à bénéficier d’une Indication Géographique Protégée (IGP). Les rillettes du Mans sont par contre les plus populaires. Ça a commencé en 1900 quand Albert L’Huissier, jeune charcutier de Connerré, a décidé de vendre son produit à la gare du Mans aux voyageurs en transit entre Paris et Nantes.

Puis les 24 heures du Mans ont fait la renommée des rillettes puisque dès les années 1920, tout le monde venait manger ce produit gouleyant entre deux tranches de pain. D’un côté, un a donc les rillettes de Tours qui sont les plus anciennes et de l’autre, les rillettes du Mans qui sont les plus connues.

Une pétition pour des sandwichs aux rillettes !

D’ailleurs, les supporters du SM Caen avaient lancé une pétition en 2014 pour avoir des sandwichs aux rillettes. « Ça fait partie des traditions, du folklore et c’est bien de les faire perdurer, assure Clément Coulon. Du temps de Léon-Bollée, nous avions notre buvette où nous vendions des rillettes. Aujourd’hui, nous avons notre siège social à l’extérieur du stade où nous en vendons toujours avant et après les matchs. »

Car aujourd’hui, il n’y en a même plus aux buvettes du MMArena. Alors la guerre des rillettes aura-t-elle lieu ? Ni sur le terrain ni dans les tribunes, c’est certain ! Mais comme l’assure le responsable des Support’R, les adversaires sont toujours les bienvenus à leur siège… et ils pourront discuter de la différence de goût entre les rillettes du Mans et celles de Tours.

PARTAGER