La joie des vainqueurs faisait plaisir à voir, en s'imposant au Mans, les hommes de Laurent Peyrelade on fait un grand pas vers la L2. (Photo Lisa Paquereau).

Dans le choc au sommet qui opposait Le Mans à Rodez, les Ruthénois ont frappé un gros coup et consolident leur deuxième place.

Après Villefranche et Tours, le Mans FC, a concédé un troisième revers de rang concédé devant les 7809 spectateurs présents au MMArena. En ouvrant le score par Bonnet à la 45′, Rodez a ensuite laissé venir son adversaire et géré son avantage, Confais a eu beau trouver le poteau à la 56′, cela s’est avéré insuffisant pour que les locaux puissent revenir au score.

Avec 42 points, les footballeurs sarthois accusent désormais 9 et 8 points de retard sur le duo Chambly – Rodez qui occupe les deux premières places donnant directement accès à l’échelon supérieur. À dix journées de la fin du championnat, les Manceaux vont devoir cravacher dur pour préserver leur troisième place synonyme de barrage d’accession contre le 18e de Ligue 2, avec la menace directe du voisin lavallois revenu à trois longueurs derrière (39 points).

Le coach ruthénois, Laurent Peyrelade, ancien de la maison mancelle ne cachait pas sa satisfaction en salle de presse, parlant de son retour au Mans et du bon tour joué à son ancien club, il déclarait sans triomphalisme aucun « On est pas venu là pour faire plaisir, on est là pour disputer un championnat et gagner un match contre un concurrent direct », il ne tarissait pas d’éloges sur son groupe qu’il qualifiait de magnifique, « ils m’on encore épaté ce soir, par leur énergie et leur qualités de jeu, je tiens à leur tirer mon chapeau, car ils ont quand même disputé trois matchs en une semaine. On aurait signé pour six points mais on en a pris neuf… là on peut crier youpi ! ».

La même satisfaction se lisait sur le visage d’Aurélien Tertereau, l’autre régional de l’étape, qui a porté les couleurs de Sablé sur Sarthe, puis du Mans de 2010 à 2016 « On a fait un gros match, et ce soir nous prenons vraiment un avantage comptable et psychologique sur un concurrent direct, nous avons des valeurs solidaires c’est ce qui fait notre force. On est pas encore en L2, mais on y croit de plus en plus, il reste encore 10 matchs, à nous de rester vigilants ».

Malgré la longue distance qui sépare les deux villes, une importante délégation ruthénoise avait fait le déplacement dans la Sarthe. (Photo Lisa Paquereau).

Du côté des locaux, il va sans dire que le vestiaire était nettement moins festif, « Quand on ne fait plus que des demi-matchs, c’est difficile d’espérer gagner contre une équipe qui pointe à la seconde place du championnat » concevait Richard Deziré qui reconnaissait aussi que son équipe avait été bien trop passive et trop approximative en première période, et qu’elle était passée au travers. « Nous n’avons pas étés à la hauteur de l’enjeu, on a laissé les doutes et les interrogations prendre le dessus, si nous ne sommes pas en mesure de nous sublimer dans ce genre de rencontres autant rester dans le monde amateur ».

A l’image de Concarneau en 2016/17, Cholet et Rodez en 2017/18, le promu manceau, si brillant lors de la phase aller va-t’il s’écrouler en seconde partie de saison ? Début de réponse dès jeudi prochain (retransmission télévisée oblige) avec un autre choc face à Quevilly Rouen.

PARTAGER