Alexy Bosetti
Alexy Bosetti (ici contre Laval) a porté le FC Annecy contre Sète. (Photo Philippe Le Brech)

Vainqueur du FC Sète ce vendredi soir, le FCA a fait un pas de plus vers l’accession directe en Ligue 2 et est désormais a minima assuré de disputer le barrage. Auteur d’un triplé, l’attaquant Alexy Bosetti est l’homme en forme à Annecy en cette fin de saison.

Dans des propos relayés par le Dauphiné Libéré, l’ancien joueur du Stade Lavallois est d’abord revenu sur sa performance du soir. « J’ai eu la chance d’avoir un peu plus d’occasions que d’habitude. Physiquement, mentalement, j’étais prêt. C’est cool. C’est la soirée parfaite.« 

Une perfection atteinte via sa dimension collective. Car avec trois points de plus au compteur, le FCA s’est encore un peu plus rapproché d’une accession en Ligue 2 qu’il aurait même pu fêter dès hier soir devant les plus de 7000 spectateurs présents au Parc des Sports. « On aurait aimé finir le travail aujourd’hui mais on va essayer de faire ça contre Bourg-en-Bresse vendredi. Ce n’est pas grave si ce n’est pas encore fait. On n’était pas encore maître de notre destin, ça recule l’échéance mais ce sera beau sur la fin. J’espère qu’on fera venir encore plus de monde contre Sedan dans quinze jours pour faire la fête tous ensemble car les gens ont passé une bonne soirée, vu des buts, du spectacle.« 

Alexy Bosetti (Annecy) : « On est le miracle permanent »

De l’ambition et surtout la conscience que le travail reste à finir. Après tous les efforts consentis les joueurs de Laurent Guyot ne comptent pas se permettre le moindre relâchement. « On va bien récupérer ce week-end et repartir au travail car, dans le foot, la vérité du jour n’est pas celle du lendemain. On va continuer à travailler, il y a encore deux gros matchs qui nous attendent avec j’espère la récompense au bout. […] Quand je vois notre groupe, les efforts qu’on fait depuis le mois d’août, dans les conditions où on les fait. Ce n’est pas simple de s’entraîner encore sur synthétique au mois d’avril, pas facile d’avoir un vrai vestiaire depuis un mois. Je le dis souvent en rigolant mais, franchement, on est le miracle permanent. » 

Un miracle qui pourrait trouver son heureuse conclusion dès la prochaine journée pour un FC Annecy jamais aussi proche de retrouver la Ligue 2 qu’il a quitté en 1993…

SHARE