Photo Philippe Le Brech

A la suite de la bagarre qui a émaillé le match amical contre Val de Reuil, le FC Drouais a pris des sanctions contre plusieurs licenciés.

Samedi dernier, le match amical entre le FC Drouais (National 3) et le FC Val de Reuil (Régional 1) ne s’est pas terminé à cause d’une bagarre générale. Une vidéo tournée des tribunes montre d’ailleurs la violence des coups portés, notamment par des licenciés du club d’Eure-et-Loir. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir son président Franck Carbonel dès le lendemain.

Le FC Drouais a aussi décidé de prendre de lourdes sanctions, comme le précise son communiqué du jour. « Il est décidé de suspendre à titre conservatoire et pour une durée indéterminée l’entraîneur adjoint ainsi que 2 joueurs de l’équipe à toutes les séances d’entraînements et à toutes les rencontres sportives officielles et/ou amicales, à ces suspensions s’appliquent bien évidemment tous versements financiers. Concernant les autres joueurs présents qui ont également porté des coups pour se défendre ou non, des sanctions financières à leur encontre seront prises. La somme totale récupérée sera reversée à une association caritative. »

Des sanctions contre le FC Drouais de la Ligue et la Préfecture ?

Des plaintes ont été déposées du côté du club normand. Un joueur a en effet dû être emmené aux urgences. Après avoir été frappé à terre par deux adversaires, il avait des douleurs aux cervicales. « Je ne sais pas comment on a pu en arriver là, nous confie Rani El Koufa, entraîneur adjoint de Val de Reuil. J’ai été frappé par un de leur dirigeant alors que je séparais des joueurs. Et devant mes enfants de cinq et sept ans qui étaient venus avec moi ! »

La commission de discipline de la Ligue du Centre Val de Loire s’est saisie du dossier en ouvrant une instruction. Selon nos informations, la Préfecture d’Eure-et-Loir a aussi décidé de réagir car le club accumule les problèmes depuis quelques mois. Les deux joueurs et l’entraîneur adjoint du FC Drouais risquent de très lourdes sanctions sportives mais aussi des suites judiciaires. Affaire à suivre…

SHARE