François Seguin (à droite, sous le maillot de Quevilly-Rouen la saison dernière) a pété les plombs samedi soir. (Photo Philippe Le Brech)

Ce samedi, l’entraîneur de la réserve du Stade Lavallois et un dirigeant de La Roche VF se sont battus à la fin du match de National 3. Des sanctions vont tomber.

Samedi soir, la fin de la rencontre de National 3 entre la réserve du Stade Lavallois et La Roche VF a été mouvementée. Le club vendéen a marqué son deuxième but dans les temps additionnel pour une victoire importante (2-1) pour rester au contact du leader Châteaubriant.

Sur la feuille de match, l’arbitre a indiqué : « Suite au coup sifflet l’entraîneur de Laval Mr Seguin François a enjambé la main courante pour aller plaquer un spectateur ce qui (donné) une échauffourée générale ». Ce spectateur serait Kévin Hautcoeur, un des nouveaux dirigeants de La Roche VF, comme le stipule le communiqué du Stade Lavallois.

Au minimum un an de suspension !

« Pendant tout le match, un dirigeant au titre de Directeur Sportif, licencié de La Roche Vendée Football, s’est permis de reprendre à plusieurs reprises notre coach M. François Seguin et a proféré des insultes voire des menaces auprès de notre entraîneur. M. Kévin Hautcoeur a bien été identifié par plusieurs témoins et dirigeants des deux clubs. Il est également et surtout connu pour ses fonctions d’agent de joueurs. »

Le club mayennais insiste sur le rôle joué par Kévin Hautcoeur, sans pour autant dédouaner leur technicien. « Dès la réception du rapport complémentaire réalisé par le délégué du match, les membres du Directoire du Stade Lavallois MFC vont recevoir M. Seguin et entendre ses explications. Ils en tireront des conclusions objectives. Ils se réservent le droit de donner toutes suites, avec la plus grande fermeté. »

Au-delà de la sanction prise par son club, François Seguin devra aussi passer devant la commission de discipline où il risque au minimum un an de suspension pour acte de brutalité/coup hors de la rencontre, selon si Kévin Hautcoeur présente un certificat médical. Mais ce coup de sang du directeur du centre de formation du Stade Lavallois passe mal !

PARTAGER