Le Stade Leo Lagrange de Saint-Nazaire. (Photo DR)

Depuis quelques semaines, la rumeur sur de possibles problèmes financiers du Saint-Nazaire AF courrait sur les terrains de National 3 Pays de la Loire. Une rumeur qui se confirme au fur et à mesure que certaines langues de délient. « Nous n’avons pas un déficit de 250 000 euros mais une difficulté de trésorerie de 100 000 euros, a expliqué le président Mathieu Bahlolet à nos confrères du quotidien Ouest France. Après, oui, des joueurs ont des retards de salaire de 30 jours. On respectera nos engagements. »

Selon nos informations, les joueurs sous contrat ont plus de retard de paiement que 30 jours… alors que les autres joueurs n’auraient pas touché leurs primes depuis plusieurs mois… ce qui correspondrait à peu près à l’effondrement de l’équipe fanion en National 3 (trois nuls et six défaites lors des neufs derniers matchs de championnat) alors qu’elle était en tête début mars. Mais il semblerait aussi que des techniciens du club ne touchent pas non plus leurs indemnités depuis le début de l’année 2019. « Il y aura beaucoup de départs cet été » glisse d’ailleurs un proche du club.

Mais alors d’où viennent ces problèmes financiers du club de la côte Atlantique ? « Nous avons monté en début de saison une école de formation Brevet Professionnel Jeunesse Éducation Populaire et Sport (BPJEPS) pour laquelle nous n’avons pas encore reçu ce à quoi nous avons droit au titre de la formation professionnelle, soit un peu plus de 100 000 euros » a expliqué le président nazairien à Ouest France. Des chiffres impossibles à vérifier…

Après la relégation pour raison financières de 1989 puis la liquidation du Saint-Nazaire FC en 2007, le football nazairien semblait avoir rebondi en retrouvant le niveau national. Mais le club a peut-être vu trop grand avec notamment six joueurs sous contrat fédéral, dont deux à plein temps, cette saison. La Ligue des Pays de la Loire et la municipalité suivent d’ailleurs le dossier avec attention.

« Dans le cadre de notre convention triennale avec la ville, il est écrit noir sur blanc que si le club est en difficultés non négligeables, la Municipalité stoppe immédiatement toute subvention, rappelle Mathieu Baholet dans Ouest France. Je n’ai reçu aucun document allant dans ce sens. On a un problème conjoncturel et non structurel. » Ce qui sera forcément vérifié par la Commission Régional de Contrôle de Gestion de Ligue. Mais l’ampleur des dégâts semblerait bien plus important que ce que prétend le président. A suivre…


PARTAGER