Les Montagnards de Romuald Le Maguer ont combattu pour glaner leur deuxième succès de la saison face aux Guichenais.
Le FC Guichen se bat pour garder sa place en National 3 mais n'a pas son destin en main. (Photo Benjamin Bénéat)

Pour sa première saison sous cette forme régionale, le National 3 pourrait amener quelques surprises en fin de saison. Et pas forcément des bonnes…

« Pour comprendre la lutte pour le maintien en National 3, il faut s’armer d’une feuille, d’un surligneur et d’aspirine. » Comme le souligne notre confrère du Républicain Lorrain Angelo Salemi, le maintien en National 3 pourrait être un véritable casse-tête. La raison ? L’avènement des groupes « régionaux » au premier niveau national induit donc une dépendances aux équipes de chaque Ligue qui vont descendre de National 2. L’effet pervers de ce nouveau National 3… qui va avoir un véritable effet sur les descentes vers le Régional 1 en fin de saison.

A la mi-saison du championnat de National 2, il faut donc déjà prendre en compte les relégables de chacun des quatre groupes. La Ligue la plus touchée pour l’instant est celle des Hauts-de-France avec trois relégables (Lens, Beauvais, Croix) devant la Nouvelle-Aquitaine (Stade Bordelais, Trélissac), l’Occitanie (Tarbes, Paulhan-Pézenas), Auvergne Rhône-Alpes (Yzeure, Chasselay) et le Grand-Est (Raon l’Etape, Reims). En tout, dix Ligues sont touchées par une possible descente. Seules les championnats de National 3 Normandie et Centre Val de Loire ne seraient pas impactés… pour l’instant.

Dans le cas des Hauts-de-France, il y aurait donc trois descentes de National 2. Les conséquences seraient énormes sur le National 3 puisque cela induirait cinq descentes vers le Régional 1 ! Même chose pour le Grand-Est dont le cas est spécifique car le N3 compte seize clubs au lieu de 14. Quatre descentes sont déjà actées pour passer ce championnat à 15 la saison 2018-2019 puis à 14 en 2019-2020. Avec deux relégués de National 2, cela ferait donc cinq descentes… mais cette (très) grande Ligue est celle qui compte le plus de clubs en N2, repartis dans deux groupes (B et C). Et elle pourrait compter cinq descentes au maximum – le scénario catastrophe ! – et ainsi neuf descentes de National 3 !

Heureusement, ce casse-tête n’est pas le même pour la plupart des autres Ligues. Certaines sont même certaines de ne pas avoir de descentes supplémentaires comme

PARTAGER