Malgré leur première place en DH cette saison, les Amnévillois ont été recalés par la DNCG.
La décision de la FF a (beaucoup) tardé mais le club mosellan est bien en National 3 ! (Photo CSO Amnéville.)

Un mois après la décision du CNOSF, le CSO Amnéville vient d’être réintégré en National 3 par la FFF… alors qu’il avait déjà débuté son championnat de Ligue.

Mais que fait la Fédération Française de Football ? Le 17 août dernier, le tribunal administratif de Paris annulait l’interdiction de montée du CSO Amnéville en National 3. Le club mosellan avait en effet été interdit de monter en National 3 par la DNCG. Mais ses dirigeants se sont battus pour faire valoir leurs droits.

« On a repris le CSOA avec un million d’euros de dettes et nous avons décidé de la rembourser plutôt que d’en passer par une liquidation, détaillait alors François Ventrici, le président du club, dans le Républicain Lorrain. Nous l’avons réduite à 390 000 € et nous avons même dégagé 95 000 € de bénéfices en deux ans. Que peut-on nous reprocher ? Nous sommes sur la bonne voie. Et si la DNCG campe sur sa décision, cela voudra dire que l’on ne pourra pas monter pendant dix ans, le temps du moratoire que nous avons mis en place. »

Il ne doutait pas d’une issue heureuse… sauf que l’instance fédérale a fait la sourde oreille aux arguments du CSO Amnéville. La procédure a donc été longue mais la justice sportive a finalement prévalue. « Le président a su fédérer un club autour de lui, son comité directeur, les joueurs, les entraîneurs, les dirigeants, les bénévoles et bien d’autres personnes, pour gagner une bataille qui était loin d’être gagné d’avance, indique le communiqué sur la page Facebook du club. C’est une belle leçon d’un président qui y a toujours cru, même quand on a été enterré, même quand l’espoir ne semblait pu exister. »

C’est encore un coup dur pour la FFF puisque c’est le quatrième club qui a été réintégré en National 3 cette saison. Et le National 3 Grand est va donc bien compter seize clubs comme nous l’avions annoncé dès le mois d’août. Cela va peut-être faire réfléchir les diverses instances sur leur mode de fonctionnement.

PARTAGER