C'est sur le port de Torga, au lieu de la fête bastiaise, qu'ont eu lieu les agressions.
C'est sur le port de Torga, au lieu de la fête bastiaise, qu'ont eu lieu les agressions. (Capture d'écran Google)

Trois joueurs de couleur de Furiani ont été pris à partie à la sortie d’une discothèque samedi dernier à Bastia. Une affaire sur fond de racisme.

L’information fait le buzz depuis hier. Plusieurs personnes ont été agressées dans la nuit de samedi à dimanche à Bastia, à la sortie d’une discothèque, dont trois joueurs de l’AS Furiani-Agliani qui fêtaient la victoire contre l’US Saint-Malo. Mais les médias divergent sur cette affaire. Un seul parle de « joueur légèrement blessé », il s’agit d’Actufoot. Ce qui s’est passé ce week-end est bien plus sérieux !

C’est Le Point qui a soulevé le dossier ce mardi en début d’après-midi. « Plusieurs joueurs du club de Furiani-Agliani (Haute-Corse), qui évolue en Nationale 2, viennent de porter plainte après une violente bagarre qui s’est déroulée, ce dimanche 16 septembre, vers 3 h 30 du matin, à proximité d’une discothèque » a affirmé l’hebdomadaire d’actualité. En fait, il s’agirait de trois joueurs d’origine Africaine qui auraient été pris à partie avec des insultes racistes.

Un d’entre-eux a même été transporté à l’hôpital par les pompiers avec une luxation à l’épaule… avec dix jours d’ITT à la clé. Toujours selon l’hebdomadaire, un autre joueur a été agressé alors qu’il rejoignait son véhicule. Parmi les victimes se trouvent deux Policiers dont un a eu 21 jours d’ITT. Les pompiers qui ont tenté de secourir les victimes ont aussi été pris à partie !

Des informations corroborées par la Procureur de Bastia

« Les assaillants s’en sont pris également aux pompiers, aux CRS et aux policiers qui sont intervenus, indique le quotidien Corse Matin. Selon une source proche de l’enquête, ils ont essayé d’extraire de force deux des victimes qui se trouvaient dans une ambulance et ceux qui avaient trouvé refuge dans un fourgon de CRS avant de s’en prendre à une voiture de police. »

A la suite de ces incidents, la Procureur de la République de Bastia, Caroline Tharot, a indiqué que « des insultes à caractère racial extrêmement graves ont été proférées ». Ce qui corrobore l’information de Corse Matin où une source proche de l’enquête ajoute que ces insultes – telle que « Faut les crever ces sales nègres, on n’est plus chez nous » – ont été entendues par les policiers.

Le dossier semble donc assez grave entre les blessures constatées et les actes de racisme pour que cela n’ait pas un effet néfaste sur les joueurs du club de l’AS Furiani Agliani.

PARTAGER